MECENAT & PATRIMOINE HISTORIQUE - Une définition, les avantages et les grands chiffres du mécénat culturel

Publié par Charlotte LE GRELLE, le 15/01/2018 .

L'important à retenir dans cet article :

• Une définition du mécénat et les raisons encourageant le mécénat
• Les grands chiffres du mécénat culturel et patrimonial
• Les démarches à suivre pour obtenir un soutien

Qu’est-ce que le mécénat ?
Le mécénat est un soutien financier, matériel ou de compétences apporté par une entreprise ou un particulier à une action, activité d’intérêt général (culture, recherche, humanitaire).
Le mécénat se différencie du sponsoring par le fait que les contreparties contractuelles sont fixées dans la limite de 25% de la valeur du don. Les actions commerciales (publicité, vente…) sont donc limitées.

Quels sont les bénéfices du mécénat ?
Le mécénat est très encouragé par l’Etat français auprès des entreprises comme des particuliers.
• Pour les entreprises : Réduction d’impôt de 60% de la somme versée dans la limite de 0,5% du chiffre d’affaire hors taxe. Si l’entreprise offre une prestation ou des compétences, l’évaluation de la valeur du don ouvrant droit à la réduction d’impôt, est égale au prix de revient (et non de vente) de la prestation ou de la mise à disposition.
• Pour les particuliers: Réduction de l’impôt à payer à hauteur de 66% avec un plafond de 20% du revenu imposable.

Le mécénat représente bien plus qu’un intérêt fiscal. En devenant mécène, l’entreprise exprime ses valeurs, contribue à l’intérêt général, construit des relations avec son territoire et enfin, fédère ses collaborateurs autour d’une action ou cause. C’est d’ailleurs ce que relève l’Admical dans ses analyses.
Un particulier cherchera des avantages similaires, en plus de la satisfaction personnelle de contribuer à sauvegarder le patrimoine.


Quelle est la marche à suivre?

Avant de solliciter des ses mécènes, le porteur de projet est invité à s'organiser en 5 grandes étapes :

La 1ère est de se renseigner sur l’éligibilité de son projet :
Il est indispensable que l’immeuble (bâti ou non) enregistré sur la liste des Monuments Historiques ou à l'Inventaire Supplémentaire. A défaut de classement, l'édifice ou l'élément concerné, peut être labellisé par la Fondation du Patrimoine.
Le propriétaire ne peut pas être une société commerciale. Les travaux doivent porter sur des parties protégées pour de la restauration, de la conservation ou de la mise en accessibilité au public en situation d’handicap.

Pour cette raison, la Demeure Historique conseille fortement de mener en parallèle les démarches suivantes, pour s’assurer d’être parfaitement en conformité avec la réglementation :
• Avoir un dossier complet déposé à la DRAC,
• Avoir un plan de financement et donc, si possible, avoir obtenu une convention de subvention ou une promesse de taux de subvention.

La 2ème est d’établir un document de présentation du projet, clair, précis et convainquant afin de pouvoir "engager" une belle communauté de mécènes :
La Demeure Historique prodigue d'excellents conseils en la matière :
• Définir l’identité de son monument dans le territoire : trouver sa particularité historique, mettre en exergue les spécificités territoriales, valoriser l’intérêt général du projet mené...
• Identifier l’accroche qui va donner envie à un mécène de devenir partenaire financier. Dans un langage marketing, nous dirions qui va « engager » un mécène, c’est-à-dire émotionnellement susciter son intérêt
• Réfléchir à des contreparties pour les mécènes (attention dans la limite des 20% de la valeur apportée par le mécènes). Pour s'inspirer, il peut être utile de repérer les contreparties proposées par les propriétaires qui lancent des projets de crowdfunding, par exemple chez Dartagnans.

La 3ème est de signer une convention de mécénat avec la Demeure Historique ou la Fondation du Patrimoine (coût de la convention 400€).

La 4ème est l’identification des mécènes :
Le porteur de projet doit se renseigner sur les valeurs de l’entreprise, le mécénat qu’elle a déjà fait et sur les dirigeants de celle-ci. Il est préférable de se tourner vers des entreprises au niveau local (région et département) comme l'indique la partie ci-dessous" Vers quels mécènes se tourner".

La 5ème est l’identification des canaux de distribution pour arriver jusqu’à vos mécènes :
• Activer le bouche-à-oreille, à encourager par une publication régulière sur les réseaux (Facebook et Twitter étant les plus efficaces pour ces démarches). Se faire relayer par les associations auxquelles vous adhérez est un pré-requis !
• Solliciter vos visiteurs, clients passés et présents… ils sont le noyau de votre communauté, surtout si ce sont des fidèles.
• Utiliser des plateformes. Celle de Commeon par exemple, qui organise des programmes de mécénat participatfis en ligne
• Faire du porte-à-porte. Après avoir listé des entreprises de votre territoires qui pourraient avoir des intérêts communs, transformez-vous en « commercial des familles » et partez en conquête. N’oubliez pas : vous devez chercher à servir leurs intérêts ! Insistez sur les intérêts fiscaux mais surtout sur le sens donné à leur engagement… A ce sujet vous pourrez trouver quelques arguments dans la partie suivante.


Vers quels mécènes se tourner ?
En étudiant l’Admical, voilà quelques indications utiles sur les pratiques actuelles. Elles pourront être autant d’orientations à prendre dans la recherche de vos mécènes.

Se tourner vers les TPE
• En France, selon Admical, 14% des entreprises sont des mécènes. Parmi celles-ci, 72% sont des TPE de 20 salariés ou plus, 25% sont des PME et 3% sont des grandes entreprises, 250 salariés ou plus.

• Le budget total du mécénat est de 3,5 Milliards d’euros dont le budget est majoritairement porté les grandes entreprises 60% puis les PME 29% et enfin les TPE 11%.

Se tourner vers des entreprises régionales, voire départementales
Les entreprises mécènes privilégient des projets au niveau régional (81%) avant le niveau national. Elles plébiscitent le mécénat financier puis le mécénat en nature et enfin le mécénat de compétence.




Se tourner vers les entreprises du secteur du commerce
Tous les secteurs d’activité économique participent au mécénat avec une majorité portée par le commerce, suivi par la construction et l’industrie, et enfin les services.





Quelques chiffres clés, autant d’arguments pour convaincre vos mécènes?

Les arguments des entreprises qui soutiennent le patrimoine (source : Admical)





Parmi les domaines les plus soutenus, le social reste prioritaire (17%) suivi de près par le domaine culturel et patrimonial (15%) puis l’éducation et le sport.





Les moyens les plus utilisés… avec un petit point sur le crowdfunding





Pour aller plus loin :



Commentaires

Dans la même catégorie