LANCER DES ACTIVITES DANS MON CHÂTEAU - Comment réaliser une bonne analyse de territoire ? - Interview de Laurent Chalard, Géographe

Publié par Indiane Blanc, le 19/01/2018
Sous-catégorie : Témoignage.

L'important à retenir dans cet article :

- pourquoi est il intéressant de réaliser une étude de territoire
- quels sont les critères à prendre en compte
- quels sont les outils à utiliser

INTRODUCTION



Géographe consultant, Laurent Chalard réalise des travaux pour les collectivités territoriales, concernant les dynamiques socio-démographiques.
Il écrit des articles de recherche sur ces mêmes thématiques dans des revues spécialisées, ainsi que dans la presse pour grand public (Le Figaro, Le Monde, Libération...), et tient également un blog
avec ses différents articles et interventions médiatiques.


L'ANALYSE DU TERRITOIRE



Dans quel contexte et pour quelle raison faut-il réaliser une étude du territoire ?

Cette analyse va permettre un point essentiel qui est de problématiser une thématique, préalable à tout lancement d’activité économique ou d’action autour de ces activités (communication, partenariats, évènementiel…)

Quelques exemples de problématiques :
- Réaliser une étude du territoire sur les aspects sociaux, pour identifier mon public cible et adapter mon activité évènementielle (étudier les grands flux touristiques, les principales thématiques culturelles présentes dans la région, la typologie de visiteurs sera alors utile)

- Réaliser une étude du territoire sur les aspects économiques, pour connaitre mon positionnement par rapport à mes concurrents et identifier les besoins de mes clients avant de lancer une activité de chambres d'hôtes (étudier le nombre d’hôtels, le prix moyen des chambres, le PIB généré par le secteur dans le département, l’emplacement des espaces d’accueil, la typologie de voyageurs… me seront alors plus utiles)

- Réaliser une étude du territoire sur les aspects géographiques, pour connaître les lieux et bâtiments alentours et voir si je peux établir des partenariats avec ses derniers autour de mes activités culturelles (connaitre mes homologues, les activités et prix pratiqués, la typologie de clientèle, les routes / chemins sur lesquels ils sont présents, leurs outils de communication… seront alors des outils clés pour s’assurer de notre complémentarité)


Etablir une problématique permet de gagner un temps considérable dans la multiplication des données et des sources. Il faut toujours rester fixé sur les informations qui vont nourrir la problématique et les synthétiser.


Très concrètement, à quoi cela doit il permettre in fine ?

En fait, tout dépend de la raison de la mission donc vous vous occupez : cela peut être pour connaître les dynamiques du territoire, sa structure de population, ses centres d’intérêts, pour des besoins d'équipements, pour créer des externalités positives... Il y a beaucoup d'utilités différentes qui dépendent entièrement des motifs du demandeur de l’étude.

En théorie, cela permet de bien comprendre les dynamiques du territoire, afin de gérer les équipements (transports par exemple), les installations pour le public (pour accueillir un public, pour compléter les offres)...

Cela sert exactement de la même façon que les démarches marketing menées par les entreprises privées : par exemple, un supermarché qui veut s'installer sur un territoire a besoin des caractéristiques de consommation de ses potentiels futurs clients.

Pour les propriétaires de château, il s'agit d'une étude de marché territorial, c’est-à-dire de connaître les caractéristiques de son territoire pour orienter les décisions en termes de valorisation économique du château, en étant cohérent avec les opportunités et les menaces (structurelles ou conjoncturelles) offertes par l’environnement.


Comment réaliser une analyse du territoire ? (géographique, historique, économique...)

Pour réaliser une étude efficace du territoire, il faut effectuer d'une manière générale :

- Une analyse géographique (ou migratoire) : le premier élément important est de parcourir le terrain à pieds. Aujourd'hui, on est davantage dans les statistiques alors qu'il est fondamental de bien analyser les paysages, l'environnement (s'il est humide/sec, rural/urbain, beau/laid...). C’est cet aspect géographique, souvent négligé, qui est à l’origine des secteurs d’activités prépondérants, de l’organisation des transports, de la typologie de population présente…

- Une analyse de l'humain : En ce qui concerne les statistiques, cela nécessite un minimum d'informations afin de reconnaître la dynamique démographique (le nombre d'habitants, l'âge...), mais surtout de mesurer l'attractivité du territoire considéré. Au-delà du profil social du territoire, étudié sur la base de critères objectifs (aisées, populaires, urbaines, péri-urbaines, CSP...), il est indispensable d’étudier les populations « en visite » (les flux de tourisme, les saisons, etc) pour comprendre objectivement les motifs d’attraction des touristes saisonniers, permanents, locaux, nationaux ou internationaux (tourisme culturel, tourisme d’affaire…)

- Une analyse économique : il faut tout d'abord regarder la situation économique, qui peut être « productive » (c’est-à-dire, de quoi se compose le PIB du département ou de la région : industries, services aux entreprises, agriculture…) ou bien « résidentielle » (c’est-à-dire, les centres urbains ou péri-urbains, sont-ils des stations balnéaires, occupés à l’année, ponctuellement, des maisons secondaires…)

- Une analyse politique : il est bon de s’interroger sur les orientations stratégiques des politiques locales (régionales, départementales, communales). S’appuyer sur les éléments présentés permet d’anticiper de nouvelles opportunités de développement et de s’intégrer dans des programmes.

L'offre ne sera pas la même selon le territoire où le château se situe, c'est pourquoi il est essentiel de percevoir tous les éléments de la façon la plus précise possible.


Où trouver les sources, les documents qui aident à la réalisation de ces études ?

Il y a plusieurs types de sources, souvent indispensables et « assez simple » d’utilisation :

- Les données principales, fournies par l'INSEE : il s'agit d'une base d'études territoriales. On y trouve également des données d'autres instituts, comme la Chambre de Commerce pour les données économiques par exemple.

- Les PLU (Plans Locaux d'Urbanisme), situés dans les communes : ils synthétisent les données de l'INSEE propres à leurs territoires. Il est possible d'y avoir accès à la Mairie de votre commune, ou bien sur leur site internet (il leur est obligatoire d'avancer ces données au public).

- Les ScoT (Schéma de Cohérence Territoriale), dans les zones urbaines : ce sont des documents plus généraux, car ils sont établis à échelle plus large. Le diagnostic d'un territoire est d'une qualité inégale selon les cas car ils sont commandés à des structures privées. Il s'agit donc essentiellement d'informations basiques et non d'une analyse profonde du territoire.

- Les recherches vidéographiques sur le territoire à étudier.

- Les documents d’orientations stratégiques fournis par les Régions ou les Départements. Les DRAC fournissent généralement des analyses assez consistantes de leur territoire sur les plans économique, culturel… et fournissent aussi des éléments concernant les orientations stratégiques de développement.


Quels sont les outils pour réaliser une analyse du territoire ?

Les professionnels utilisent souvent l’analyse SIG (Système d'Information Géographique), qui est un programme informatique avec une cartographie détaillée du territoire. Ce n'est cependant pas accessible au public, mais un bon élément pour une analyse environnementale « pure ».

Pour les études géographiques, un autre outil important est la carte topographique au 1/25000ème. Il s'agit de cartes détaillées et en vues aériennes qui couvrent l'ensemble du territoire communale, avec de nombreuses informations au niveau de la structure du bâti et du paysage.

L'application Google Map, qui fonctionne sur le même système que la carte topographique, peut être utilisée avant d'aller sur le terrain, bien qu'elle ne soit pas toujours à jour (il y a une rotation sur 10-15 ans de l'INSEE qui relève une portion du territoire) ; et tout le monde peut s'en servir, surtout les propriétaires.


Quelles sont les étapes d'une analyse du territoire ?

Les différentes étapes sont :

- 1ère étape : en théorie, on effectue d'abord les premières recherches d'informations sur le territoire, par Google, des données statistiques... Phase de défrichage qui permet généralement d’affiner l’objectif de l’étude.

- 2ème étape : il s'agit de la phase « problématique », lors de l'analyse du territoire on problématise la situation. Dans le cadre de travaux de géographes, un exemple de problématique pourrait être « détailler le fait que les terres sont en voies de désertification dans telle ou telle région et identifier les conséquences que cela engendre ». Pour un propriétaire ou gestionnaire de monument, ce pourrait être « identifier les principales sources de revenus touristiques dans la région et les potentiels à développer » Attention : Le travail se fait sur plusieurs mois et les recherches prennent parfois plus de temps que prévu.

- 3ème étape : il faut aller sur le terrain, soit faire un tour de la commune, du quartier, des offres concurrentes... afin de faire un travail statistique, et une récolte des données.

- 4ème étape : le travail d’un consultant sera d’insérer ces données dans des tableaux statistiques, d'analyser et de commenter ces tableaux, puis de synthétiser les recommandations. Pour un propriétaire, il s’agira plus simplement de compiler les éléments selon la logique qui lui est propre pour dégager les grandes tendances du sujet étudié et décider des orientations à prendre en conséquence.

- 5ème étape (optionnelle) : la phase finale, pour le consultant, est celle de la restitution auprès des interlocuteurs, grâce à un schéma synthétique. Pour le propriétaire gestionnaire qui agit seul, il sera bon de présenter le résultat de ses recherches à un tiers afin d’éviter les biais naturels liés à la volonté d’aller dans une direction précise en amont de la recherche. Le tiers saura apporter l’objectivité.


Peut on le faire seul facilement ? Quelles compétences faut il avoir ?

Il est possible pour un propriétaire de le réaliser seul, ce qui lui évitera de faire appel à un professionnel et ce qui sera moins coûteux.

Néanmoins cela va dépendre de son temps. Une personne retraitée pourra le faire tandis que cela sera plus difficile pour une personne active car le temps des recherches est significatif (compter 2 semaines à 1 mois selon les problématiques des propriétaires).

Il faut aussi de l'intérêt pour le territoire et surtout ne pas être rebuté par les documents techniques et statistiques. En effet, ces derniers ne sont pas toujours très faciles à appréhender, surtout si cela n’est pas le cœur d’activité de celui qui se fait chercheur ! Bien sûr, il ne faut pas être rebuté par les chiffres. C'est parfois un peu long, surtout lorsque l'on ne sait pas où chercher les données : il faut alors être préparé et patient.

En termes de compétences, il faut en premier lieu de la curiosité intellectuelle, un peu comme pour la démarche historique (par exemple les propriétaires qui exécutent des recherches sur l'histoire de leur château). Donc de la curiosité sur l'espace où a été inscrit le château dans le paysage, véritable moteur à l'époque de sa construction, dans des espaces immenses et ouverts.

Il est aussi utile de posséder des compétences statistiques de base, afin de comprendre les pourcentages, sachant que toute personne un peu diplômée est en capacité de le faire.


CONCLUSION



Quelles sont les difficultés éventuelles ?

Il faut savoir apprivoiser les sources et jongler avec ces dernières, c’est à dire vérifier leur fiabilité et leur cohérence entre elles. Il faut faire attention s'il s'agit de sources différences, par exemple qui ne sont pas à la même date ou la même échelle pour un seul territoire, c'est alors difficile de les comparer.

Il faut éviter que les informations importantes soient noyées parmi d'autres et que les conclusions soient erronées.

Et enfin il faut avoir du temps.

Pour aller plus loin :



Commentaires

Dans la même catégorie

Nos partenaires