MOISISSURE & VIEILLES DEMEURES - S’attaquer à la moisissure et aux champignons dans mon château

Publié par Etienne Masson, le 26/01/2018
Sous-catégorie : Méthode.

L'important à retenir dans cet article :

o Les bons réflexes à avoir pour se prémunir de la moisissure
o Un outil révolutionnaire pour lutter efficacement contre les champignons
o Les différentes méthodes de traitement d’une moisissure déjà présente

Contexte


Le parc immobilier français est estimé à 34 millions de logements. Selon l’INSEE, 1/3 serait affecté soit par des problèmes d’humidité, de luminosité, ou de de chauffage, et donc potentiellement par des problèmes de champignons.
Dans les châteaux en particulier, la moisissure et les champignons ont tendance à facilement se propager. Ils se constituent souvent dans les milieux humides, sombres, non chauffés, ainsi que sur les matériaux constitués de matières organiques tels que le bois, les tapisseries, les tuiles, etc.
Leur propagation peut être extrêmement rapide selon les situations et parfois catastrophique. Les conséquences peuvent être matérielles, mais également sanitaires et à l’origine d’allergies humaines.
Un champignon est de la moisissure en stade précoce. C’est à ce moment-là qu’il faudrait agir rapidement, et plus encore à mesure qu’évolue la moisissure. Comme toujours, il vaut mieux prévenir que guérir.

Les causes de la moisissure : un fléau lié à l’humidité


Il est donc impératif de trouver la cause de l’humidité si l’on ne veut pas que la moisissure et les champignons reviennent continuellement.
L’humidité peut être due à plusieurs facteurs : une maison en partie enterrée ou entourée de douves, une fuite d’eau, une mauvaise isolation, une mauvaise aération, etc. On parle alors de désordre thermo-hydrique.
Il existe plusieurs types de champignons intérieurs, qui se forment en se nourrissant de matières organiques.
- Le mérule: c’est le plus connu. Il est aussi appelé champignons des maisons, et désigne plusieurs espèces de champignons qui se nourrissent de bois humides.
- La salpêtre : ce n’est pas un champignon, mais il existe aussi, et il est dû à des remontées capillaires associées à une mauvaise ventilation.


Mérule

Détecter et prévenir la moisissure


Il y a des signes qui ne trompent pas et qu’il faut savoir détecter rapidement pour adapter au mieux le traitement. Plus vous détecterez tôt ces signes et moins les dégâts seront importants : papier peint qui se décolle, dégradation des plâtres et enduits qui s'effritent, revêtement de sol qui pourrit, auréoles, cloques, et bien sûr petits champignons.

Les outils utilisés par des professionnels
Il existe des outils qui permettent de mesurer l’humidité : thermo hygromètre, analyses chimiques.

Les méthodes pour anticiper la formation de moisissure
En connaissance des causes de leur développement, les experts conseillent de :
Vérifier l’isolation, notamment celle en contact avec le sol (Voir article isolation),
Chauffer correctement l’intérieur de manière à garder une température stable autour de 20°C, et de l’aérer régulièrement, au moins une fois par jour, le matin par exemple,
Ne pas laisser des espaces trop sombres, en laissant les portes ouvertes par exemple,
Ne pas stocker du bois ou du carton dans des milieux humides,
Traiter le bois, les murs, et de vérifier que les évacuations d’eau telles que les gouttières, les caniveaux, etc. ne soient pas encombrées (feuilles mortes, mousses).

Le bio-détecteur fongique, un outil permettant de voir la moisissure avant qu’elle ne soit vue


Conçu par le CSTB (Centre Scientifique et Technique du Bâtiment), cette balise de surveillance et de diagnostic permet à son utilisateur de détecter la présence de mérule et de moisissures à un stade très précoce alors même que l’œil nu ne peut pas les voir.
Le biodétecteur fongique a été primé Technique Innovante pour l'Environnement lors du salon Pollutec en 2014. Par sa technologie et son innovation, il participe à la sauvegarde des constructions, à la bonne conservation de notre patrimoine culturel, mais aussi, et c’est important de le souligner, à la santé des occupants des lieux.

En plus d’être très utile, ce détecteur est aussi très simple d’utilisation. Il suffit de l’installer dans l’environnement que l’on souhaite surveiller. Il se chargera ensuite lui-même de collecter et d’analyser en temps réel les informations qu’il collecte.
En cas de risque de développement champignonneux, le détecteur fongique donne une alerte et il est alors possible d’intervenir dans les meilleurs délais pour mettre un terme à la prolifération de la moisissure.
L’ensemble du dispositif de surveillance et de diagnostic des aéro-contaminants de l’air intérieur est désormais proposé par Bioguess, filiale du CSTB pour…780€ par mois. Le prix est malheureusement très élevé. A vous de voir si l'investissement en vaut la peine.
Mais alors comment faire pour lutter contre la moisissure déjà présente ?

Lutter contre la moisissure déjà présente ; des outils pour l’assèchement forcé de la zone contaminée


Quel que soit le type de moisissure déjà présente, l’origine reste la même, l’humidité. Il faut alors procéder à un assèchement forcé de la zone contaminée. Pour cela vous pouvez utiliser un déshydrateur ou un déshumidificateur, trouvable un peu partout pour des prix variants entre 100 et 600 € (Darty, etc.)

Les traitements supplémentaires
Une fois le support asséché, il faut procéder à un traitement supplémentaire, qui varie en fonction du type de champignons. Le mieux est de faire appel à un professionnel spécialisé dans les problèmes d’humidité. Seul un professionnel sera capable de vous conseiller au mieux sur les traitements adaptés à votre problème pour l’éliminer durablement.
On vous donne néanmoins quelques astuces qui vous permettront d’agir le plus rapidement possible.
- Mérule : il existe des traitements chimiques assez complexes (reportez-vous au Pour aller plus loin…).
Le traitement par air chaud est très efficace et consiste en la hausse de la température de la pièce infectée à une cinquantaine de degrés pendant plusieurs heures. Le mérule ne supporte pas les chaleurs extrêmes.
Attention : Ne grattez pas le mérule ou n’essayez pas de le tuer à l’eau de javel, vous ne ferez qu’accélérer le développement du champignon.

- Salpêtre : dépôt blanchâtre généralement situé à la base des murs intérieurs à cause de problèmes de remontées capillaires. Les enduits contaminés par le salpêtre doivent être complètement retirés. Ils sont définitivement corrompus.


Salpêtre

Prévenir plutôt que guérir


Il est important de bien régler tous les problèmes à leur source car la mesure de l'humidité n'est pas uniquement corrélée à la croissance de moisissures. Ces dernières ont également besoin d'eau liquide pour se développer.
Vous l’aurez compris, avant toute chose il vous faut corriger vos problèmes généraux d’humidité sinon tous vos efforts seront vains. Améliorez également votre ventilation intérieure, réglez vos problèmes de remontées capillaires, procédez éventuellement à des traitements de surface avec des enduits anti humidité.
Et petit conseil supplémentaire, prêtez une attention particulière à vos gouttières (parfois encastrées dans la maçonnerie), souvent à l'origine d'une infiltration d'eau.
Désormais vous le savez, il faut prévenir plutôt que guérir. Vous serez plus tranquille et la tâche n’en sera que plus simple.

Pour aller plus loin :

Des exemples à suivre :
- Château de Carneville
- Château de Josselin

Sources :
- Site spécialisé
- Spécialiste de l’humidité
- Biodétecteur fongique
- Traitement du mérule
- Salpêtre

A vous de jouer ! Si vous avez d’autres questions, n’hésitez pas à nous écrire : contact (at) hephata.fr



Commentaires

Dans la même catégorie