FINANCER MES PROJETS AU SEIN D’UN PATRIMOINE HISTORIQUE – Comment rédiger un dossier de demande de financement ?

Publié par Max Mery de Bellegarde, le 24/04/2018
Sous-catégorie : Méthode.

L'important à retenir dans cet article :

Monter un bon dossier de financement ? Cela suppose une préparation méthodique, une présentation structurée et des informations de qualité.
Cet article propose une méthode pour organiser la construction de son dossier. Les 3 points essentiels:
• Ne pas négliger l’importance du travail en amont : préparation des documents, choix des mots clés, collecte des illustrations
• Les principales étapes ou parties contenues dans un bon dossier
• Les indispensables et les astuces qui pourront « faire la différence »

Afin de réaliser un projet de restauration ou de lancement d’activités au sein d’un monument historique, de nombreux porteurs de projets se tournent vers des financements extérieurs. Avant d’envoyer un dossier, il convient de suivre quelques étapes pour une rédaction rapide, efficace et exhaustive.

Le travail préparatoire à la constitution d’un dossier de financement


Rassembler la documentation


Quels que soient les financeurs ou partenaires envisagés, il est fortement conseillé de rassembler toute sa documentation avant de se lancer dans sa présentation. La documentation, rassemblée et triée permettra au porteur de projet, non seulement de se simplifier la rédaction, mais aussi et surtout un gain de temps.

La liste de documents suivante, bien que non exhaustive, donne une idée de la documentation dont il est question :
• des rapports précis sur les projets (travaux, évènements …) réalisés, en cours de réalisation ou à réaliser,
• les éventuelles études préalables (terrain, sol, archéologie, historique…) ,
• les compte-rendus des éventuels échanges avec la DRAC ou des conseils régionaux et départementaux,
• les échanges avec les ABF, les architectes du patrimoine et vos maitres d’œuvre,
• les devis obtenus, le cas échéant,
• le budget prévisionnel,
• le rétroplanning,
• des photos de bonne qualité des espaces concernés,
• les documents historiques…

L’ordre dans lequel ces documents sont listés correspond aux questions :
• Qui porte le projet ?
• Quel est le projet ?
• Comment comptez-vous le réaliser ?
• Les deux dernières entrées sont les documents qui seront utiles tout du long pour appuyer votre propos et qui constitueront en partie les potentielles annexes.

Rédiger l’essentiel en 3 parties introductives


De ces pièces rassemblées, un premier travail de synthèse est nécessaire pour rédiger les 3 premières parties essentielles du dossier :
• un descriptif du projet mené et à mener
• un descriptif des porteurs de projet
• un descriptif du ou des monuments et espaces concernés

« Tout ce qui se conçoit clairement, s’énonce clairement ». Autrement dit, un projet bien développé, suppose une présentation bien développée.
Le but de tout ce travail préparatoire est de déterminer l’identité du projet, et de la rendre explicite pour les potentiels partenaires, autant que pour soi.

Evaluer la cohérence du projet avec les partenaires envisagés et définir ses contreparties


Une fois ce premier travail terminé, la sélection des financeurs et/ou partenaires potentiels devient plus aisée En fonction de l’identité projet, certains mécènes ou partenaires seront en effet plus susceptibles que d’autres à participer.
Pour le savoir, le porteur de projet a besoin d’étudier le profil des entreprise, leurs valeurs, leurs actions de mécénat passées, leurs activités, etc. (voir à ce sujet notre article « Financer la restauration d’un monument – Quel type de financement pour quel type de projet. » (à venir)),

La définition des contreparties offertes aux financeurs est une étape essentielle. En fonction de leur financement, les partenaires ont droit à des avantages dans la limite autorisée par la réglementation (voir notre article “Comment fonctionne le mécénat autour du patrimoine historique ?”).
Il est sain de proposer de partager la valeur créée par l’intervention des partenaires visés.
Soyez créatifs et utilisez les spécificités du monument et de ses abords !

Exemples de contreparties :
• Visibilité du partenaire sur les supports de communication ;
• Invitation au vernissage, à une visite privée, à une inauguration ;
• Mise à disposition des espaces pour un évènement partenaire…

A partir de ces éléments, rédiger un 4ème paragraphe qui complètera les 3 premiers de la partie introductive:
• un descriptif des besoins financiers exacts, des partenaires cherchés et des contreparties envisagées.

Construire son dossier de financement : les étapes du plan


Les étapes suivantes sont générales et peuvent ne pas s’appliquer à tous les projets. Il s’agit d’axes de réflexion pour guider l’élaboration d’un dossier de financement. Chaque dossier doit s’adapter à son destinataire.
Le tableau suivant récapitule les différentes parties de plan qu’il est possible d’envisager.



Les astuces des demandes de financement



La présentation : Choisir les bonnes couleurs, le bon design et une typographie cohérente. Souligner les mots clés, les phrases importantes et les idées essentielles. Ces choix peuvent paraître triviaux mais ils font la différence entre un dossier qui est étudié par les partenaires et un dossier qui n’est même pas ouvert.
Personnaliser son dossier en travaillant son esthétique est judicieux, mais avant tout : veillez à rester simple.

Les visuels : Intégrer de bonnes photographies ou schémas du projet au dossier pour illustrer aisément les points abordés. L’utilisation de visuels comme des images, des vidéos, des logos ou encore des icones attire le regard du destinataire du projet.
Un dossier avec de bons visuels, c’est-à-dire, variés et de bonne qualité, peuvent augmenter la valeur d’un dossier en comparaison avec un autre.

Les contreparties : Il est positif de bien mettre en avant les contreparties fiscales (si le financeur est un mécène) dans le dossier et les contreparties envisagées en lien avec votre projet (pour les sponsors et mécènes).
Attention, pour les mécènes, les contreparties ne peuvent pas dépasser 20% de la valeur du mécénat.

Les preuves : Mettre en annexe les preuves des différents éléments chiffrés avancés est un avantage considérable. Cela permet aux partenaires de se projeter davantage dans votre projet. Les preuves ? Ce sont l’ensemble des documents préparés en amont et qui mettent en valeur la cohérence et la consistance de votre projet.

Liste de documents à fournir


Certains documents sont indispensables et généraux à toutes les demandes de financement. Voici une liste des principaux documents à inclure au dossier.

Pour aller plus loin :



Commentaires

Dans la même catégorie

Nos partenaires