LE PATRIMOINE HISTORIQUE POUR TRANSMETTRE ET PARTAGER DES VALEURS - L'exemple de la forteresse de Saint-Vidal

Publié par Loris Ternynck, le 14/02/2019
Sous-catégories : Innovation, Tendance, Témoignage, Vision d expert.

L'important à retenir dans cet article :

Nos châteaux et monuments ont été les témoins privilégiés de l’Histoire de France. Ils forment notre héritage, notre patrimoine commun et font partie intégrante de notre histoire à tous. Ces lieux constituent les parfaits supports pour transmettre l’histoire et véhiculer des valeurs.

À travers cet article, vous comprendrez comment le patrimoine historique permet de partager des valeurs et de transmettre l’histoire avec l’exemple de la forteresse de Saint-Vidal et surtout de son instigateur, Vianney d’Alançon, qui sait porter haut ses convictions.

L'important à retenir :
• Les qualités d'un bon chef de projet pour mettre en oeuvre un projet de telle ampleur, proches de celles du chef d'entreprise ;
• Les contours techniques, financiers et politiques d'un tel projet ;
• Le rayonnement de son impact sur le territoire.

À l'origine du projet : le parcours original d'un chef d'entreprise au service de l'histoire et des savoir-faire français


Vianney d’Alançon, de la joaillerie au spectacle culturel : une volonté d’entreprendre pour retrouver la fierté de l'Histoire de France

Jeune entrepreneur tout juste trentenaire, Vianney d’Alançon n’est pas du genre à avoir froid aux yeux et à se laisser décourager par l’ampleur de la tâche, en témoigne son dernier projet un peu fou : le rachat de la forteresse médiévale de Saint-Vidal, lieu emblématique de la Haute-Loire et proche du Puy-en-Velay.

Il y développe un ambitieux projet de spectacle, avec pour thème central la transmission de l’histoire française. La forteresse a déjà accueilli près de 40 000 visiteurs lors de sa première année d’exploitation en 2018.




Vianney d’Alançon a un parcours original. Il entre très tôt dans la vie professionnelle, à l’âge de 17 ans. Il crée une première entreprise dans le domaine du web et de la communication.
Il lance en 2010 une première maison de joaillerie où il collabore avec le couturier et designer Kenzo Takada. Le jeune entrepreneur rebondit rapidement après ce premier projet qui fait faillite et, avec sa femme, lance une deuxième entreprise dans le secteur de la bijouterie, Laudate , spécialisée dans les médailles et la bijouterie familiale, qui rencontre un franc succès.


Un chef ambitieux dont l'engagement est cohérent avec une volonté forte de retrouver la fierté de notre histoire et de notre culture : une des clés du succès, mais pas que...

A mesure que Laudate se développe, semble grandir chez Vianney la volonté d'incarner la richesse des valeurs et des savoir-faire français dans un projet de grande ampleur. En effet, la promotion et la transmission d’un savoir-faire historique que constitue la fabrication d’une médaille se retrouve aussi dans un projet de réhabilitation de Saint-Vidal... ce dernier permettant de partager et de mettre en valeur une histoire, l'héritage d'un passé commun qui forge le présent.

Pour Vianney, il s'agit de répondre à une culture mondialisée dans laquelle on peut observer une uniformisation des modes de vie et une certaine forme de standardisation. Face à la perte de valeurs et de repères propres à une identité territoriale que cela peut occasionner, le projet a pour ambition de relier les bénévoles et les spectateurs avec leurs racines, leurs origines et leur histoire.

Certains pourront se poser la question de la légitimité de Vianney d’Alançon en tant qu’acteur engagé dans le patrimoine... Mais il a su montrer qu’en réalité ses qualités de dirigeant d’entreprise sont tout à fait applicables - si ce n'est, indispensables - à ce nouveau domaine, et que la connaissance du secteur peut s’acquérir par le travail. Curieux et passionné d’histoire, il finit par racheter la forteresse de Saint-Vidal ayant appartenu à la famille de sa mère. Elle est située au cœur d’un territoire qui lui est cher, non loin de là où il a grandi.

Comme pour la création d’une entreprise, au centre de son travail se trouve la vision de ce qu’il souhaite entreprendre et des problématiques similaires :
- financements,
- optimisation des coûts et des ressources,
- gestion des salariés (et des bénévoles),
- management et gestion de projet,
- relations presse,
- réalisation de la communication.


Par ailleurs, pour avancer et se former, comme tout entrepreneur, il a su s’entourer d’experts compétents afin de compenser ses lacunes dans certains domaines et réaliser son projet.


Le projet : une forteresse progressivement restaurée pour y accueillir, notamment, un "petit Puy-du-fou"


En 2016, Vianney rachète la forteresse médiévale de Saint-Vidal, un lieu emblématique de la Haute-Loire qu’il restaure en faisant le pari de réussir le projet ambitieux d’en faire "un des premiers lieux touristiques d’Auvergne, inspiré du Puy-du-fou et au service de la transmission de la riche histoire de cette vieille forteresse, profondément liée à celle du territoire."



Ce en quoi consistent les spectacles de la forteresse de Saint Vidal

La forteresse laissée à l’abandon depuis des années s’est transformée en un lieu de spectacles immersifs, avec pour objectif de transmettre l’histoire du lieu à travers deux spectacles :

« La Mémoire d'un peuple », spectacle déambulatoire à travers la vingtaine de pièces du monument, où des mises en scène, décors, projections, illusions et comédiens professionnels, racontent l’histoire du site au fil des siècles à travers les dates clés et événements marquants. Les nouvelles technologies, statues et portraits parlants, sont mis à la disposition de la narration. Le visiteur peut, par exemple, y découvrir l'épopée gauloise des Arvernes, avec Vercingétorix (originaire de la région), puis les Francs et le baptême de Clovis, fondateur du royaume, la création de l'empire de Charlemagne…

« La Forteresse imprenable », spectacle nocturne de son et lumière avec pyromanie et 120 bénévoles métamorphosés en acteurs façon Puy du Fou pour créer une fresque historique illustrant les guerres de religion, le siège du château par Henri IV, ou encore la vie paysanne.

La Mémoire d’une Peuple est un spectacle permanent qui se joue tous les jours de 10h à 19h, La Forteresse Imprenable se joue le vendredi et samedi soir durant l’été. En 2019, la forteresse organisera entre juin et août 15 à 18 représentations de son spectacle nocturne.



Dans les coulisses du spectacle : la préparation et les compétences indispensables à sa réalisation


Avant de pouvoir mettre en place le spectacle, différentes étapes ont eu lieu :

Les travaux de réhabilitation, réalisés en partenariat avec la DRAC, le site étant classé Monument Historique.

L’aménagement paysagé des jardins a été réalisé par Vianney d’Alançon et le prince François d’Orléans, ami de l’entrepreneur et paysagiste de profession. Ils ont réalisé l’ensemble des jardins (français, italien, et jardin d’eau) qui environnent la forteresse sur près d’un hectare.

L’écriture du scénario pour les différents spectacles.
Vianney d’Alançon a écrit lui-même l’ensemble des scénarios qui ont été corrigé par Jean Piat.
Vianney d’Alançon a réalisé seul la mise en scène du spectacle la mémoire d’un peuple, en revanche Urbain Cancelier a coréalisé avec Vianney le spectacle la Forteresse Imprenable.
Le spectacle « La Mémoire d'un peuple » emploie sept comédiens professionnels tandis que le spectacle nocturne fait appel à 120 bénévoles. Sans leur aide, le coût de réalisation aurait été astronomique et le projet presque impossible. Ce modèle de développement s’inspire du modèle du Puy-du-Fou qui fait appel chaque année à des milliers de bénévoles pour sa grande Cinéscénie.

La recherche de ressources financières.
Au total, le projet a été soutenu par une levée de fonds de près de 2,5 millions d’euros dont :
- 600 000 € provenant de la Région Auvergne-Rhône-Alpes ;
- 300 000 € par le Département de la Haute-Loire ;
- 300 000 € par la Communauté d’Agglomération du Puy-en-Velay ;
- des enveloppes de mécènes, dont la Fondation d’entreprise Michelin, le fonds jeune et innovant de Dassault ou le groupe Novelty, spécialiste et fournisseur d’équipements techniques pour spectacles.

Sur le budget total :
- 500 000 € ont été investis dans les divers travaux de restauration ;
- 2 000 000 € ont servi à la réalisation des attractions et des spectacles.



La mise en place d'une communication intensive pour faire connaître le projet.
La forteresse de Saint-Vidal a bénéficié d’un soutien médiatique important grâce au carnet d’adresses de Vianney d’Alançon. Ainsi, on a pu voir Stéphane Bern, l’acteur Lorànt Deutsch, l’animateur de radio Sébastien Cauet ou encore le journaliste Bernard de La Villardière faire la publicité du projet. Un choix de personnalités qui confirme l'intention de toucher un large public, plus ou moins proche du patrimoine. Par ailleurs, à deux reprises, Vianney d’Alançon a été invité par Emmanuel Macron qui l'a assuré de son soutien.

Bon communiquant, Vianney d’Alançon a su rendre visible la forteresse restaurée et enrichie de ses spectacles grâce à une communication intensive sur les réseaux sociaux, Facebook, Instagram, Twitter. La page Facebook est rapidement devenue la deuxième page touristique la plus consultée du département de Haute-Loire.
La presse a également fortement soutenu le projet, ce qui n’a pas empêché Vianney d’Alançon d’effectuer un travail de communication de proximité en collant des affiches et en distribuant des tracts aux alentours de la forteresse. Il a aussi acheter des espaces publicitaires JC Decaux et Clear Channel.
Néanmoins, pour lui, le bouche-à-oreille reste primordial et complémentaire aux réseaux sociaux. En effet, si l’un s’adresse à une large audience, mais avec de faibles retombées, l’autre ne touche qu’un public restreint, mais bien plus efficacement.

En ce qui concerne le contenu de la communication, il s’est concentré sur les valeurs soutenues par le projet telles que le lien unissant le site avec son territoire, son implication dans la transmission d’un savoir, d’une histoire régionale et d’une culture nationale. Et, la forteresse a fait l’objet d’un véritable storytelling autour de sa résurrection.

Les bénéfices du projet et les retombées


Pour qu’un projet puisse recevoir de telles aides, il doit pouvoir démontrer en quoi sa réalisation est source de valeur ajoutée et de retombées positives, économiques et sociales.

Un projet d’une si grande envergure, ayant accueilli durant sa première année près de 40 000 visiteurs, génère nécessairement des externalités positives, sur son environnement immédiat, à court et à long terme.

À titre indicatif, voici quelques externalités positives immédiates :
- Création d'emplois directs et indirects
- Hausse de la fréquentation touristique ;
- Hausse de la réservation d’hôtels et de restaurants, ce qui signifie une création de richesse pour la population ;
- Retombées médiatiques, communication et publicité pour la ville ;
- Accroissement de la notoriété du territoire et de ses acteurs notamment culturels...
Cela s'accompagne aussi de nuisances sonores et de dérangements multiples pour un village de 600 habitants qui se retrouve, d’un seul coup, traversé par près de 40 000 personnes.


Quel avenir pour la forteresse de Saint-Vidal ?


D'abord, les spectacles devraient être revus et modifiés régulièrement tous les deux ans et de nouvelles attractions devraient voir le jour, ainsi que des ateliers d’artisans et une brasserie artisanale historique.

Puis, Vianney évoque, entre autres projets, celui de lancer une activité hôtelière avec la création d’une vingtaine de chambres à thèmes historiques, issus de différentes époques.

Ce qui montre à quel point il est important de tenir compte de la population locale dans tout projet à fort impact territorial. Ils peuvent représenter une opportunité comme une menace.


En résumé


Le patrimoine est un support privilégié pour transmettre histoire et savoir. Sa préservation est indubitablement liée à son mode de gestion et il faut parfois oser des projets étonnants et ambitieux pour le financer différemment.

Un projet capable de produire des externalités positives à la fois d’un point de vue économique et social a nettement plus de chances d’obtenir des subventions.

Véritable enjeu touristique, il peut faire l’objet d’une politique engagée pour l’action culturelle et mobiliser les pouvoirs publics à bien des échelons. Son impact sur le territoire est réel et il ne faut donc pas oublier que le dialogue avec les habitants est primordial. Leur bien-être doit être pris en compte dans la démarche. En effet, s’ils représentent une potentielle opposition, ils peuvent également devenir des ambassadeurs du projet dès qu’on parvient à les mobiliser.

Pour aller plus loin :



Commentaires

Dans la même catégorie

Nos partenaires