Le numérique et les parcours de visite augmentés pour les châteaux

Hephata

L’important à retenir dans cet article :

Interview avec Charlotte Didier (Cent Millions de Pixels) et Lydia Labalette (Château des Ducs de Bretagne)

La transmission de la culture devient numérique, les récentes innovations permettent une immersion au cœur du patrimoine historique.

Pour nous éclairer, Charlotte Didier, chargée des relations entre la maitrise d’œuvre et les équipes de production de Cent Millions de Pixels, nous partage ses outils et méthodes de travail au sein de l’entreprise qui conçoit et réalise des contenus numériques pour les lieux historiques ou culturels.

Avec Lydia Labalette, administratrice Projets et Exploitation au Château des Ducs de Bretagne, nous reviendrons sur un exemple concret d’une production : des tableaux animés et une application sur mesure d’aide à la visite installée au château des Ducs de Bretagne (Nantes).

Bien que le numérique soit leur premier outil de travail, Cent Millions de Pixels tient avant tout à rester une entreprise à taille humaine. 

Charlotte souligne que le numérique est un moyen et non une fin en soi. S’il permet aujourd’hui de divertir, donner une émotion ou partager une expérience, il ne doit pas devancer « le côté humain ». L’utilisation de cet outil requière de trouver « le bon équilibre et pour cela il est nécessaire de savoir ce que l’on veut transmettre et quel public on vise ».

HEPHATA – Pour ceux qui n’auraient jamais entendu parler de Cent Millions de Pixels, comment définiriez-vous votre activité ? Comment est-elle née ? 

CHARLOTTE DIDIER – Cent Millions de Pixels produit et réalise des contenus numériques au service de la culture. Nous proposons notamment des reconstitutions historiques ainsi que des jeux interactifs et éducatifs historiques.

Cent Millions de Pixels est partie de l’initiative de Martial Brard qui travaille dans le domaine de la production visuelle depuis maintenant plus de 28 ans. Son expérience lui a permis d’acquérir des compétences dans divers domaines : illustrateur, concept artist, lead graphist 3D, animateur 3D, storyboarder, game-designer, directeur artistique, réalisateur, concepteur, ou encore chef de projet.

En 1994, il intègre la société Cryo Interactive Entertainment en tant que directeur artistique. Nous sommes dans les prémices de la muséographie et du jeu historique.
En 2001, séduit par le potentiel du jeu associé à l’histoire, il fonde avec Philippe Grellier la société Mzone Studio qui produit des jeux vidéo ludo-éducatifs ainsi que des applications interactives pour la muséographie, l’entertainment ou encore des films d’animation.
En 2011, poussés par notre amour pour la culture et le patrimoine, Martial et moi-même décidons de créer une extension de Mzone Studio, plus tourner vers les applications de visites virtuelles, muséographie, reconstitutions historiques et jeux vidéo non commerciaux à destination du tourisme et de la culture. L’idée étant d’accompagner les scientifiques dans leur médiation. 
C’est le début de Cent Millions de Pixels : « la reconstitution historique apporte beaucoup à la science car elle permet de vérifier les hypothèses. » 

À la suite d’un appel d’offre de l’abbaye Saint-Vincent de Nieul-sur-l’Autise, Cent Millions de Pixels a entièrement restitué numériquement l’abbaye dans son état du XIIème siècle. A l’aide d’une reconstitution 3D en accord avec les scientifiques, le visiteur débute l’expérience dans une chair d’abbé et peut ensuite se balader au sein de l’abbaye comme dans un jeu. 

A partir de là, Cent Millions de Pixels s’est spécialisé dans la culture et s’est séparé de Mzone studio.

Vous dites « Nous préférons proposer une solution intellectuelle nourrie de 25 ans d’expériences que des solutions technologiques qui pourraient être obsolètes dans 2 ans » , pouvez-vous nous en dire plus ? 

Nous ne sommes pas « pro numérique… : le numérique est un moyen et non une fin en soi. Il faut se méfier du numérique pour servir l’humain avant tout. Par exemple, nous n’avons jamais intégré de GPS dans nos créations pour laisser libre cours à l’imagination. 

« Pour un enfant, le GPS c’est sa tête ! »

Vous proposez bon nombre de prestations dans les domaines de la conception, de la production et des médias. Quelles sont les plus demandées ?

 En ce moment, c’est la reconstitution historique qui est la plus demandée. 
Ce n’est cependant pas définitif puisque le patrimoine français est extrêmement riche et que l’on continuera d’innover. Les tendances évoluent, Lydia souligne que les musées ne se visitent plus comme il y a 20 ans, une demande de nouveauté se fait ressentir et nous nous devons de répondre avec des projets innovants. C’est une façon différente d’appréhender les contenus et de se les approprier. 

Notre principal objectif est de divertir le public et de lui donner une émotion, de lui faire vivre une expérience. De l’autre côté, nos productions permettent, à nous, acteurs, de vivre une aventure avec l’équipe, explique Charlotte.

En effet, Lydia souligne que les réalisations de Cent millions de Pixels sur deux tableaux du musée du Château des Ducs de Bretagne, ont été numérisés en très grand format, atteignant les gigas de pixels. Parmi eux : 

• Une gravure de Nantes du 17ème siècle
• Un tableau représentant l’entrée du port de Saint Nazaire datant du 19 -ème 

 Ces numérisations permettent une nouvelle approche avec le tableau et rend possible de capter des choses qu’il serait impossible de voir à l’œil nu. 
Cette technique est une façon de découvrir chaque détail du tableau et de raconter une histoire, de savoir pourquoi il a été réalisé, son interprétation, l’évolution des villes et du commerce, et permet de donner des explications plus approfondies sur ses origines.

Outre l’expérience offerte par les réalisations de Cent Millions de Pixels, ses productions peuvent aussi être destinées à faciliter les visites et promouvoir ses offres
Par exemple, l’application d’aide à la visite, conçu en 2016 en collaboration avec MG Design au musée du château des Ducs de Bretagne permet au visiteur de créer un parcours personnalisable, en fonction des thématiques qu’il souhaite aborder en priorité (ex : la traite des noirs) ou selon son profil : l’application propose des parcours « famille » plus adaptés aux enfants. Mais également en fonction de la langue choisi, et du temps qu’ils souhaitent consacrer à la visite.

Ce dispositif permet d’obtenir une vision globale du château-musée et offre la capacité de prendre conscience de sa grandeur et du nombre de pièces, car en effet tous les visiteurs n’ont pas forcément 3 heures devant eux à consacrer à la visite. Lydia souligne que le Château des Ducs de Bretagne n’en est pas un comme les autres : « c’est avant tout un musée qui dispose de plus de 32 salles, le numérique n’est pas une nouveauté ici car cela fait 11 ans que nous utilisons des dispositifs de ce type, l’application est un outil supplémentaire, nous cherchions une solution pour donner toutes les clés du musée aux visiteurs. » 

Les visiteurs ont été plutôt réceptifs car 30 % l’ont utilisé durant l’été 2016, cependant il n’est pas indispensable à la visite. 

Comment procédez-vous ? Quels logiciels ? 

Cent millions de Pixels travaille principalement avec 3ds Max, mais également avec Adobe After Effects et Adobe Photoshop. 

« Concernant la méthodologie de travail, nous aimons bien travailler à 4 mains. C’est-à-dire que nous organisons des sessions de travail en reconstitution historique. Martial vient sur le terrain pendant deux jours ou plus et travail en direct avec l’archéologue par exemple. Ainsi on prend plus facilement conscience des volumes et des attentes des collaborateurs. L’échange et la communication sont propices à un travail fructueux. »

Quels publics sont touchés par le travail autour du numérique ? 

Cela dépend de la maitrise d’ouvrage. La reconstitution historique a plus tendance à toucher les familles, de même que les jeux. Ce sont des dispositifs qui touchent le public le plus large.
En revanche, pour la mise en valeur de tableaux au château des Ducs de Bretagne à Nantes, le public visé était un public érudit, des amoureux du patrimoine, souligne Charlotte.

Qu’est-ce que le lieu apporte à votre travail et inversement, qu’est ce que votre travail apporte au lieu ? 

Pour Charlotte, le lieu apporte l’émotion, l’aventure, l’inspiration. Le travail numérique apporte quant à lui un outil de compréhension supplémentaire. 
Par exemple pour le projet sur l’abbaye de Fontevraud, l’équipe a dormi sur place pendant plusieurs semaines. Elle s’est profondément attachée à ce lieu et ce pour longtemps ! Le lieu devient un peu votre maison.

Comment s’envisage la collaboration autour des projets numériques ? Faites-vous appel à des archéologues ou des historiens ? 

Généralement, il y a des collaborateurs réguliers, notamment des concepteurs et des infographistes. 
Mais le réseau varie et joue plus ou moins en fonction des projets. Par exemple pour Castelnaud, nous travaillions avec un archéologue mandaté par le château. 
Ou bien encore, pour le jeu IPad « Au service du Roy », que nous avons réalisé au Château Royal d’Amboise, nous avions besoin d’une certification scientifique et donc d’un castellologue. Ce sont les gérants du château qui s’en chargent.

Si un propriétaire ou gérant souhaite s’offrir une de vos compétences, doit-il apporter les fonds entièrement de sa poche ou a-t-il des aides à sa disposition ? Quelles clés lui donneriez-vous pour améliorer et mieux valoriser son patrimoine avec un projet numérique ? 

Avant toute chose, il faut un temps de maturation et se poser les bonnes questions : que veut-il raconter, que veut-il mettre en avant et pour qui ? 

Concernant les aides, il y existe des aides des régions, de l’Etat, voire européenne. Il faut essentiellement se tourner vers les aides qui visent le numérique. L’Abbaye de Fontevraud a pu bénéficier d’aides régionales car le numérique était au centre du projet.

Pour aller plus loin :

 • Dossier de présentation : Cent millions de pixels 
Site internet Cent millions de pixels 
Application d’aide à la visite au Château des Ducs de Bretagne