Il Fondo per l'ambiante italiano-Hephata-Labo-du-patrimoine

Découvrez le FAI : il Fondo per l’Ambiente Italiano, un outil pour la protection et la valorisation du patrimoine italien.

Ce qu’il faut retenir

Il Fondo per l’Ambiante Italiano est une fondation italienne pour la protection et la valorisation du patrimoine italien. Initié sur le modèle du National Trust britannique, le Fondo Ambiante italiano s’intéresse à différents patrimoines :

– matériel (architectural et artistique) ;

– naturel (paysages et jardins).

Introduction

Il Fondo per l’Ambiante Italiano est une fondation italienne privée à but non lucratif. Le FAI a été créé en 1975 par Giulia Maria Crespi. Le Fondo ambiente italiano cherche à reproduire le modèle du National Trust britannique. Ce dernier souhaite justement à promouvoir et diffuser le patrimoine anglais. De la même manière, le FAI cherche à valoriser le patrimoine historique, artistique et paysager italien. Sa devise en témoigne : « Per il paesaggio, l’arte et la natura. Per sempre, per tutti » qui signifie « Pour le paysage, l’art et la nature. Pour toujours, pour tous. ».

C’est d’ailleurs dans cette optique qu’en 1988, il Fondo per l’Ambiente Italiano remporte la « Medaglia d’oro ai benemeriti della cultura e dell’arte ». Il s’agit de la Médaille du mérite de la culture et de l’art qui est décernée depuis 1950 par la République italienne à toute personne ou institution jouant un rôle décisif dans le monde de l’art et de la culture.

Pour contribuer à la valorisation et à la protection du patrimoine matériel et naturel italien, le FAI cherche à devenir le propriétaire ou le gestionnaire de sites ou biens patrimoniaux. En effet, devenir propriétaire ou gestionnaire lui permet d’entreprendre plus facilement des actions de conservation, de préservation, de restauration et de valorisation.

Histoire du Fondo per l’Ambiente italiano

Il Fondo per l’Ambiante Italiano a été créé en 1975. Tout d’abord, les lieux protégés et sauvegardés par le FAI sont issus de donations puis, progressivement, le FAI va également pouvoir acquérir de nouveaux sites.

C’est en 1976, que le FAI devient propriétaire d’un premier site naturel qu’il obtient par donation. Il s’agit d’une partie de l’île de Panarea située au large de Messine. L’aire mesure environ 1000 m² et comprend la Cala Junco. Cette première attribution va permettre la préservation d’une partie de l’île. Un an après, le FAI reçoit le Château d’Avio en donation. Il Fondo per l’Ambiante Italiano décide alors d’autoriser les donateurs à disposer du droit d’habitation d’une partie du bien cédé. Par ailleurs, il décide de dispenser les individus des coûts de restauration, d’entretien, de gardiennage, etc … La même année, le FAI acquiert le Monastère de Torba, situé en Lombardie. Classé au patrimoine mondial de l’UNESCO en 2011, ce bien présente le premier grand chantier de restauration opéré par le Fondo ambiente italiano. D’ailleurs, le chantier dure huit ans et s’achève en 1985.

Quant à la première concession, elle a lieu en 1999. Elle concerne le Jardin de Kolymbethra, situé en Sicile, dont l’entretien, fortement négligé, avait entraîné une importante dégradation du site. Ensuite, en 2017, est acquis le premier bien productif. Il s’agit des Salines de Conti Vecchi. Toujours en activité, elles sont ouvertes au public et améliorées grâce à un projet expérimental. Enfin, c’est en 2019 que le FAI organise le premier parcours de visite guidée. Ainsi, il Fondo per l’Ambiente Italiano organise un parcours multimedia au sein du Centre national d’études léopardiennes, permettant au public de découvrir la poésie de Leopardi.

Exemples d’acquisition de bien par il Fondo per l’Ambiente italiano

– Donation du Promontoire et de la Tour de la Punta Pagana (1981) ;

– Don du borgo di San Fruttuoso (1983) ;

– Donation de la Baia di Ieranto (1986) ;

– Acquisition du kiosque à journaux du XIXe siècle à Mantoue ;

-Acquisition des tableaux, des meubles, des céramiques et des porcelaines de la collection Alighiero De Micheli à Milan ;

Donation de la Villa Panza à Varese et de sa collection d’art contemporain américain (1996) ;

– Ouverture au public de la Villa Necchi Campiglio dans le cœur de Milan (2008) ;

– Acquisition de l’Abbaye de Santa Maria di Cerrate à Lecce (2012).

Cette liste n’est bien sûr qu’une sélection restreinte de l’ensemble des biens acquis par le FAI. Néanmoins, on perçoit bien la diversité des biens acquis : patrimoine naturel, patrimoine architectural prestigieux, patrimoine rural ou vernaculaire, objets d’art, …

Villa Panza-Hephata-Labo du patrimoine

© Villa Panza à Varese

Il Fondo per l’Ambiente Italiano : un outil pour la protection et la valorisation du patrimoine italien

Mission

Le FAI : il Fondo per l’Ambiante Italiano, agit dans huit domaines d’intervention différents :

– les lieux : il s’agit de prendre soin des lieux hérités, donnés et confiés (parcs, jardins, châteaux, demeures et villas historiques, abbayes, patrimoine rural et vernaculaire, …) ;

– le territoire : œuvrer pour que les lieux deviennent des leviers économiques du territoire et pour augmenter leur nombre et variété à travers toute l’Italie ;

– les relations : créer et amplifier les liens entre les différents acteurs du patrimoine présents sur le territoire ;

– les personnes : créer des liens entre le public et les lieux en concevant des expériences satisfaisant leurs différents désirs, besoins et attentes ;

– l’éducation et la sensibilisation : former et sensibiliser les populations à la protection et à la connaissance du patrimoine et des arts  ;

– l’impact zéro : réduire l’impact énergétique et atteindre les standards d’excellence européens ;

– la durabilité : encourager une meilleure exploitation des ressources, plus juste et équilibrée et plus respectueuse de l’environnement ;

– l’engagement civique : intégrer les divers débats au sujet de l’environnement ainsi que du patrimoine naturel et culturel.

Baia di Ieranto-Hephata-Labo-du-patrimoine

© Baia di Ieranto

Valeurs

Le FAI : il Fondo per l’Ambiante Italiano est porteur de 7 valeurs :

– « Conoscenza e competenza » (Connaissances et compétences) : L’objectif est d’ouvrir les lieux au public afin de créer des liens entre les personnes ainsi que l’histoire et le contexte du site.

– « Concretezza » (Concret) : il Fondo per l’Ambiente Italiano a à cœur de transformer les idées et initiatives pour la sauvegarde et la valorisation du patrimoine en actions efficaces.

– « Coerenza » (Cohérence) : il s’agit de rendre les actions fidèles aux convictions du FAI.

– « Indipendenza » (Indépendance) : le FAI s’engage à rester a-politique ainsi qu’a-confessionnel et à repousser toute forme d’idéologie ;

– « Qualità » (Qualité) : le FAI ambitionne la qualité et l’excellence ;

– « Curiosità » (Curiosité) : il Fondo per l’Ambiente Italiano cherche à faire la promotion de lieux insolites et moins connus ;

– « Ozio Operoso » (Loisirs actifs) : le FAI souhaite améliorer la qualité du temps libre des publics en vue de cultiver les passions personnelles et d’en générer de nouvelles.

Fonctionnement

Le FAI : il Fondo per l’Ambiante Italiano, travaille à la revalorisation du patrimoine matériel et naturel italien. Pour ce faire, il met en œuvre différentes actions. Tout d’abord, la première étape consiste à acquérir un bien. Ce dernier doit être représentatif de l’identité italienne et disposer d’une dimension patrimoniale.En outre, il s’agit le plus souvent de biens qui présentent un certain niveau de dégradation, qui sont à l’abandon ou en péril.

Ensuite, le FAI met en œuvre des chantiers de restauration. Il cherche des financements et s’occupe de faire appel à des spécialistes pour la restauration des sites. De la même manière, il gère la conservation de ces biens, notamment des œuvres d’art, des objets et meubles qu’il faut préserver des conditions environnementales ambiantes.

L’objectif suivant est de permettre la connaissance de ces différents biens : monuments comme objets, œuvres d’art ou mobilier. Il faut donc mettre en place des actions de médiation culturelle appropriées pour favoriser la mise en visibilité, créer une expérience et satisfaire aux attentes du public. C’est pourquoi le FAI a également la volonté d’approfondir la connaissance historique autour de ces biens. Une de ses missions est donc de comprendre le bien et le contexte dans lequel il s’inscrit afin de mieux transmettre ce patrimoine au public et aux générations futures.

Enfin, le FAI cherche à créer un réseau en intégrant les différents acteurs, entités et institutions du territoire liés à la sauvegarde des biens patrimoniaux.

Campagne de sensibilisation du Fai

Afin de sensibiliser le public aux enjeux liés au patrimoine et à sa protection, le FAI organise des campagnes annuelles ainsi que des activités pour mieux impliquer les individus dans la sauvegarde et la valorisation du patrimoine.

Tout d’abord, avec ses Journées de Printemps et d’Automne, le FAI permet au public d’accéder à des lieux habituellement méconnus et fermés. Lors de ces week-end, des bénévoles se chargent d’ouvrir ces différents lieux au public. Le Fondo ambiente italiano organise aussi des Soirées d’Eté durant lesquelles il prolonge l’ouverture de certains sites. Les visiteurs peuvent ainsi bénéficier d’une ambiance particulière et profiter du patrimoine sous un angle différent. Ensuite, il Fondo per l’Ambiante Italiano veille à promouvoir le patrimoine auprès des jeunes. C’est pourquoi il a créé les Journées Fai pour les écoles. Cet évènement propose une semaine de visites scolaires pour les « Classi Amiche FAI » (« Classes amies FAI »).

Enfin, le FAI a lancé depuis 1993 un programme nommé « Luoghi del Cuore » (« Lieux du cœur »). Celui-ci propose au peuple italien de voter pour une place ou un site de leur choix. La participation est gratuite et tout individu peut y participer en votant et/ou en ajoutant des lieux à la liste de choix. A l’issue de ce vote national, les lieux en tête de classement reçoivent des récompenses :

– 50 000 €, 40 000€ et 30 000 € pour tout projet déposé par les trois premiers vainqueurs ;

– 20 000 € maximum pour le gagnant de la catégorie « Villages et leurs lieux » ;

– 5 000 € pour l’ensemble des lieux ayant reçu au moins 50 000 votes ;

– une intervention de la FAI pour tous les lieux ayant reçu au moins 2 500 votes.

Scala dei Turchi

© Scala dei Turchi, deuxième au classement « Luoghi del Cuore » 2022.

Conclusion

Le FAI : il Fondo per l’Ambiente Italiano est donc le principal outil italien œuvrant en faveur du patrimoine national. Il s’intéresse surtout au patrimoine naturel (côtes, bois, jardins, …) et architectural. Plus ponctuellement, il cherche à valoriser les biens mobiliers, les œuvres d’art, les objets artisanaux, …

Très vite, le FAI atteint un nombre impressionnant d’abonnés. En effet, 40 ans après sa création, en 2016, il dépasse les 150 000 membres. Ces derniers sont des passionnés d’histoire, d’art et de patrimoine. Ils sont réellement attachés à l’héritage du patrimoine italien. Selon eux, cet héritage renforce l’identité nationale et c’est pourquoi ils cherchent à partager le patrimoine et à le transmettre aux générations futures.

Pour aller plus loin

Le National Trust : une success story

Le label de la Fondation du patrimoine

Panorama des acteurs européens du patrimoine

Accueillir des mariages dans un château est un excellent moyen de le valoriser tout en rentabilisant le lieu.

Introduction

Quoi de plus romantique qu’une belle terrasse en pierre, surplombant un splendide parc ? 

De nombreux châteaux ont opté pour l’évènementiel, et notamment les mariages, comme développement d’activité. Décors idylliques, belles pierres et grands espaces verts, les châteaux sont des lieux de réception très appréciés. L’offre continue de croître au fil des années. En 2016, le marché du mariage représente cinq milliards d’euros !

Toutefois, avant de se lancer dans un tel développement d’activités, il faut être conscient des prérequis et attentes de la clientèle. 

Les prérequis pour accueillir des mariages dans son château

Avant toute chose, qui dit évènement dit accueil des publics. Cela implique donc le respect des règles relatives aux établissements recevant du Public (ERP). En fonction du site et de sa capacité d’accueil, la réglementation varie. Chaque catégorie implique des obligations de sécurité plus ou moins lourdes, comme les règles d’accessibilité des personnes en situation de handicap ou bien l’utilisation de matériaux résistants au feu.

Dans le cadre de la réglementation ERP, une commission de sécurité doit intervenir avant l’ouverture au public afin de vérifier le respect de la réglementation.  Même lorsque l’évènement est ponctuel, le propriétaire des lieux ainsi que l’organisation doivent faire une demande. Dans le cas où le château bénéficie d’une protection au titre des monuments historiques, il peut faire une demande de dérogation si les travaux relatifs aux normes ERP nuisent à l’intégrité de l’édifice.

De plus, il s’avère souvent nécessaire de souscrire un contrat d’assurance qui soit conforme à l’activité de salle de réception. Ce contrat peut être souscrit par le locataire, mais il reste préférable de s’informer auprès de son cabinet d’assurance. Il faut connaître quels sont les risques couverts par le contrat. 

S’adapter au rythme des mariages

Il faut aussi être conscient du rythme impliqué par les mariages : ceux-ci se déroulent souvent durant la belle saison, à la période estivale, les week-end et pendant les vacances. Le porteur de projet doit donc être conscient de cela, afin de s’organiser, d’autant plus s’il souhaite profiter de son bien durant cette période. Il faut jongler avec la demande de la clientèle et les souhaits du propriétaire. Parfois, les deux ne sont pas compatibles. 

Une image contenant ciel, extérieur, herbe

Description générée automatiquement

Être attentif aux critères de la clientèle

Lorsqu’un couple opte pour un château afin d’y organiser son mariage, c’est un choix qui résulte de diverses envies. Généralement, les clients qui optent pour un château sont à la recherche d’un lieu de réception unique, avec un décor idéal et une esthétique particulière. Il ne faut pas oublier que de nombreux mariés font appel à des photographes pour immortaliser ce moment. Un château est donc un décor idyllique pour une séance photo merveilleusement romantique.

Qui dit château dit généralement grands espaces verts, ou tout du moins de ravissants jardins. Les mariages se déroulant plus fréquemment à la période estivale, c’est un atout majeur et un critère de choix. Un bel espace extérieur, facilement aménageable, est un avantage. 

Une image contenant herbe, ligné, rang, ligne

Description générée automatiquement

La clientèle est également attentive aux critères suivants :

– L’accessibilité ;

– Les équipements et les formules proposées ;

– Ainsi que les modalités de réservation et les éléments techniques. 

Les différents modèles possibles

Afin de satisfaire la clientèle, le château peut proposer soit : 

– Une offre clé-en-main, qui propose aux clients une prestation complète où ils n’ont rien à gérer ;

– Une offre à la carte, sur-mesure, qui laisse libre choix aux clients en proposant une variété de services et de prestataires partenaires.

Quelle que soit l’offre, il est important que les clients puissent communiquer facilement avec les organisateurs du mariage afin de transmettre leurs envies et leurs besoins. Ce jour étant mémorable, il doit correspondre aux attentes des clients.

Le château de Loulans

Situé en Haute-Saône, le château de Loulans est une magnifique demeure construite en 1732. Entouré de deux cours d’eau et de cinq hectares de verdure, le château de Loulans est un théâtre idéal pour un mariage inoubliable. Facilement accessible depuis Besançon et Vesoul, il y a également une gare à proximité du château. Cela permet d’assurer aux convives un déplacement facile jusqu’au lieu de réception. C’est un point essentiel pour la clientèle. 

Le château de Loulans propose un mariage clé en main à partir de 13 000 €, ainsi que la location nue des lieux pour 7 500 €. Dans l’offre clé en main, les clients peuvent bénéficier de l’expertise et des compétences d’un groupe de professionnel. Le package inclue d’office la décoration des lieux et le service traiteur. Ensuite, la clientèle peut piocher parmi une multitude de services supplémentaires : coiffure, robe de mariée, chocolatier, caviste, bijoutier, structures gonflables … Toutes ces prestations sont proposées par des partenaires, à des tarifs préférentiels. 

Une offre qui soit à la fois clé en main et personnalisable est une excellente manière de satisfaire un large panel de clientèle, en proposant un accompagnement personnalisé. C’est également rassurant pour les clients, qui peuvent compter sur l’expertise de professionnels pour faire de ce jour le plus beau de leur vie.

L’importance d’un bon réseau de partenaires

Posséder un bon réseau de prestataires partenaires est un atout face à la clientèle. En effet, organiser un mariage n’est pas une tâche facile. Même si les clients décident d’organiser la réception majoritairement, s’ils peuvent compter sur l’expertise d’un professionnel, ils n’en seront que davantage satisfaits. 

Ainsi, pour proposer aux clients un beau panel de prestataires, il est essentiel pour le château de créer des liens avec des entreprises locales : traiteurs, photographes, entreprise de matériel évènementiel, scénographie … Tous ces corps de métiers contribuent à la réalisation d’un évènement mémorable. 

Une image contenant repas, plusieurs

Description générée automatiquement

Le château du Plessis-de-Vair

En partie inscrit aux Monuments Historiques, le château du Plessis-de-Vair se situe en Loire-Atlantique. Entre Nantes et Angers, à proximité d’Ancenis, le château est idéalement situé pour accueillir un mariage : à la fois en pleine nature, au calme, mais facilement accessible. Magnifique bâtisse, le château a d’ailleurs inspiré Chrétien de Troyes pour ses romans légendaires sur les chevaliers de la table ronde. Le château de Vair serait le château du Graal !

Aujourd’hui, les mariés viennent chercher au château, non pas le Graal, mais une expérience inoubliable.  Les deux mots d’ordre pour les mariages au château sont « liberté » et « conseil ».

D’une part, le château offre une grande liberté de choix à sa clientèle, notamment concernant les préparatifs et les horaires. Par exemple, il est possible de louer le lieu sans inclure les services du traiteur, bien qu’inclure le service traiteur fasse baisser la TVA de la prestation. En effet, le traiteur prime sur le reste de la prestation, réduisant donc la TVA de 20% à 10%. 

D’autre part, les propriétaires du château bénéficie d’une grande expérience dans l’évènementiel et d’un réseau de prestataires partenaires. Ils peuvent ainsi apporter les meilleurs conseils à la clientèle. Tous les prestataires partenaires ont été sélectionnés pour la qualité de leur service et savoir-faire, ainsi que leurs valeurs. En reprenant l’exemple du traiteur, le château travaille avec différents prestataires afin de proposer plusieurs styles de cuisine et des menus adaptés aux allergies alimentaires.

Proposer des activités pour rendre l’expérience unique

Lors d’un mariage, certains clients peuvent avoir envie de profiter d’instants conviviaux avec leurs proches. Pour cela, le château peut proposer des activités en complément, afin de ponctuer la journée ou le séjour de différents temps forts. Le château de Vair, présenté précédemment, propose une multitude d’activités et d’équipements annexes, tels que :

– Une tyrolienne et une slackline ;

– Une chasse au trésor et des jeux en bois, pour amuser les plus jeunes ;

– Ou encore une scène ouverte et une animation cocktail, pour un moment festif et convivial. 

Tout château accueillant un mariage n’est pas obligé de proposer des activités annexes, mais c’est un complément fort sympathique et attrayant pour les clients. 

Opter pour une orangerie éphémère pour augmenter sa capacité

Pour augmenter sa capacité d’accueil mais également préserver l’intérieur de son château, il est tout à fait possible d’opter pour une orangerie éphémère, une tente ou encore un chapiteau. Des entreprises sont d’ailleurs spécialisées dans la mise à disposition de ce type d’équipement, à l’instar d’Atawa

Les orangeries présentent différents avantages. Entièrement modulable, l’espace s’adapte selon les besoins des clients. Des cloisons peuvent être installées afin de délimiter l’espace. De plus, ce sont des structures qui sont facilement démontables durant les périodes creuses, où le château n’accueille pas d’évènements. Les propriétaires peuvent ainsi retrouver leur espace extérieur dans son état initial. 

Enfin, les orangeries éphémères apportent une touche de modernité et une esthétique bien particulière, qui saura conquérir le coeur de la clientèle. Spacieuses et lumineuses, ce sont des espaces idéaux pour organiser un bel évènement.

Conclusion 

Une image contenant extérieur, bâtiment

Description générée automatiquement

Accueillir des mariages dans un château est une excellente manière d’avoir une vision à long terme et une activité rentable. Avec un panier moyen de 12 000 € pour un mariage d’une centaine de personnes en 2021, le marché des mariages n’est pas prêt de s’éteindre. C’est un moment que les clients souhaitent mémorable et chaleureux, dans un décor à la fois beau et apaisant.

Pour aller plus loin

Organiser des shooting photos dans son château

Lancer des activités dans un site historique

Cet article dévoile comment inscrire les marques de prêt-à-porter dans le patrimoine. Il montre les lien entre mode et patrimoine.

Ce qu’il faut retenir

Inscrire les marques de prêt-à-porter dans le patrimoine peut se faire de différentes façons :

– collabs entre la mode et le patrimoine ;

– shootings et tournages dans des lieux historiques ;

– installation des points de vente dans des sites d’exception ;

– naming ;

– mécénat des entreprises pour le patrimoine.

Inscrire les marques de prêt-à-porter dans le patrimoine n’est pas anodin. Cette association entre mode et patrimoine sert à la fois :

– la cause patrimoniale ;

– les objectifs commerciaux de la marque en terme de marketing.

Introduction

Si l’on observe bien le monde qui nous entoure, on s’aperçoit qu’il y a plus de liens qu’on ne le croit entre les marques de prêt-à-porter et le patrimoine. La raison est bien simple. Pour exister et accroître leur notoriété, les marques du luxe ont besoin d’affirmer leur identité, leur authenticité et leur légitimité aux yeux du public. Le patrimoine est alors l’outil adéquate car il porte des valeurs similaires à celles dont se revendiquent les marques de prêt-à-porter.

En effet, le patrimoine architectural est porteur d’un cachet historique, esthétique et haut-de-gamme. Or, par leurs collections, les enseignes de mode, et notamment celles du haut-de-gamme, portent un intérêt majeur au sens de l’esthétique. Par ailleurs, accoler leur nom avec le patrimoine, qui est un élément du passé, permet d’augmenter leur légitimité. En effet, une marque haut-de-gamme se doit de montrer à ses clients qu’elle existe depuis longtemps et qu’elle est durable dans le temps.

Pour inscrire les marques de prêt-à-porter dans le patrimoine, les marques de mode peuvent opter pour différentes méthodes :

– être mécène du patrimoine ;

– installer leurs points de vente dans des lieux historiques ;

– établir des collabs avec le patrimoine ;

– réaliser des shootings et tournages dans des sites d’exception ;

– adopter une stratégie de naming ou de sponsoring.

I. Inscrire les marques de prêt-à-porter dans le patrimoine grâce au mécénat

Grâce à la Loi Aillagon, votée en 2003 et réformée en 2020, le mécénat s’est considérablement accru. Les entreprises de la mode et du luxe se sont elles aussi investies dans ces actions et notamment celles du domaine de la culture, de l’art et du patrimoine. Ce soutien, outre le fait de leur apporter des déductions fiscales, leur permet de mettre en visibilité leurs engagements auprès d’une cause. Elles gagnent ainsi en notoriété et promeuvent une image positive de l’enseigne auprès de la société.

Ainsi, en 2013, Tod’s devient mécène du Colisée en réalisant un don de 25 millions d’euros. Pendant ce temps-là, Gucci participe à la restauration d’une dizaine de tapisseries datant de la fin du Moyen Age, et ce, à hauteur de 340 000 euros. Notons que cette célèbre marque du groupe Kering détient par ailleurs à Florence le Gucci Garden, musée situé dans l’ancien Palazzo della Mercanzia, patrimoine d’architecture gothique. Enfin, on peut également rappeler le mécénat de Dior en 2014 pour la restauration du Hameau de la Reine à Versailles.

© Le Colisée, Pixabay.

II. Inscrire les points de vente des marques de prêt-à-porter dans le patrimoine

Un autre lien entre les marques de prêt-à-porter et le patrimoine est l’intégration de leurs points de vente dans des sites historiques d’exception. C’est surtout le cas pour les marques de mode de luxe. En effet, celles-ci ont un enjeu d’image plus important que les autres. Elles se doivent donc d’accueillir leur clientèle dans des espaces spécifiques qui reflètent le caractère haut-de-gamme de la marque. Le cachet historique et esthétique d’un lieu patrimonial est donc le bienvenu pour servir de support à l’installation d’une collection et d’une boutique.

Lors des Journées du Patrimoine de 2017, Balenciaga a installé ses collections dans l’ancien Hôpital Laennec à Paris (classé MH en 1977), siège du groupe Kering.

III. Collabs entre mode et patrimoine

Un autre phénomène très en vogue n’est autre que la création de « collabs ». Les collabs sont initialement des collaborations que créent les marques entre elles afin d’accroître leur notoriété. Aujourd’hui ces collabs se sont étendues au patrimoine. Ce type d’association permet un transfert d’image du patrimoine vers la marque.

Une expérience de collabs a été lancée par le Palais de l’Elysée. Celui-ci, vieux d’environ 300 ans, nécessite un entretien récurrent. Pour financer les rénovations, l’Elysée a ouvert une boutique de produits 100 % français. Les bénéfices obtenus via la vente des produits sont investis directement et en totalité dans les travaux de restaurations afin de préserver et de sauvegarder ce patrimoine républicain. Dans la boutique de l’Elysée, on trouve ainsi différentes marques françaises telles que Le Slip français, Aigle, Les Georgettes ou encore Lemahieu. Pour marquer le coup, Aigle a d’ailleurs conçu un modèle de bottines en caoutchouc griffées Elysée. Elles sont ainsi ornées du drapeau tricolore français mais également de l’emblème de l’Elysée.

Une autre expérience de collabs entre le patrimoine et la mode : l’association du Mont-Saint-Michel avec la marque Saint-James. En ce qui concerne le Mont-Saint-Michel, l’enjeu était de trouver un soutien financier pour la restauration du cloître dont le coût est estimé à 2,2 millions d’euros. Pour ce faire, Saint-James a sorti une collection de pulls et marinières portant la silhouette brodée du monument. Pour chaque produit vendu, Saint-James s’est engagé à reverser 2,50 € au Centre des Monuments nationaux (CMN) pour la restauration du cloître de l’Abbaye du Mont-Saint-Michel.

Afin d’accroître les ventes, les produits étaient vendus à la fois dans les boutiques Saint-James mais également dans trois boutiques du CMN.

Celles :

– de l’Abbaye du Mont-Saint-Michel ;

– des Alignements de Carnac ;

– des Tours de la Rochelle.

IV. Inscrire les shootings et tournages dans le patrimoine

Les marques du prêt-à-porter peuvent également utiliser le patrimoine pour mettre en avant leurs collections. Ainsi, de nombreux shootings ou tournages de mode sont aujourd’hui réalisés au sein de sites patrimoniaux.

Les lieux historiques offrent en effet un cadre esthétique primordial pour les marques de mode. Les mannequins posent devant des éléments architecturaux qui mettent en valeur les vêtements. Le choix du lieu des tournages et des shootings est de plus en plus important. Il faut réussir à faire jouer la collection avec le lieu. Les éléments architecturaux, les couleurs, les matières mais également le degré de luminosité créeront des aspects complètement différents qui donneront un certain sens à la collection. Inscrire la collection dans un site patrimonial c’est aussi lui affecter les valeurs d’esthétisme, d’authenticité et de légitimité du lieu. Le patrimoine permet donc aux marques du prêt-à-porter de bénéficier de supports de communication pour leurs spots publicitaires mais également de renforcer leur notoriété et leur image de marque.

Dior a par exemple pris l’habitude d’organiser ses campagnes publicitaires au Château de Versailles dont elle est un des principaux mécènes. La collection automne/hiver de l’année 2021/2022 de la célèbre marque a par exemple été mise en scène au sein de la Galerie des Glaces du Château.

D’autres marques de prêt-à-porter font de même. D’après InSitu (plateforme de distribution de lieux pour les shootings, tournages et autres évènements), la marque Staccato a fait shooter sa collection printemps/été dans un château particulier parisien.

© Shooting Gucci, Pexels.

V. Naming et sponsoring des marques du luxe du prêt-à-porter

Les marques du prêt-à-porter peuvent également se servir du patrimoine comme support de naming ou de sponsoring.

Sponsoring des marques de prêt-à-porter pour le patrimoine

Le sponsoring est un partenariat établi entre une entreprise et un espace ou un évènement. L’entreprise verse des fonds à une entité et en contrepartie, elle bénéfice des infrastructures de l’entité comme support de ses campagnes publicitaires.

Le sponsoring est souvent employé dans la mode. Il n’est en effet pas rare de rencontrer d’immenses affiches publicitaires de mode sur les échafaudages couvrant les monuments en restauration. La raison en est bien simple : les marques du prêt-à-porter bénéficient de ces immenses spots publicitaires tout simplement parce qu’elles ont participé financièrement à la restauration de l’édifice.

Normalement, l’affichage est proscrit sur les Monuments Historiques. Néanmoins, un décret de 2007 l’autorise si la toile publicitaire est apposée sur les échafaudages et si la marque s’engage à soutenir financièrement la restauration. Par ailleurs, le spot publicitaire doit couvrir moins de la moitié de la bâche de couverture de l’échafaudage. L’autre moitié restante doit servir de support à une représentation graphique du monument.

L’exemple le plus probant est sans doute le Louvre dont les façades donnant sur la scène s’ornent d’immenses publicités dont celles de la marque Balenciaga.

Naming

Le naming consiste en un sponsoring encore plus pointu. Il s’agit pour une marque de soutenir financièrement un espace ou un évènement. En échange, l’entité bénéficiaire lui accorde de renommer l’espace ou l’évènement. La stratégie de naming permet donc à la marque de gagner en visibilité tandis que le patrimoine touche une contribution financière nécessaire à son entretien, sa sauvegarde et sa protection. Le naming s’applique surtout dans le domaine sportif. Cependant, il est en train de s’étendre aux équipements et institutions culturelles et urbaines.

Chanel a souhaité effectuer une opération de naming dans le cadre du chantier du Grand Palais. En échange de 25 millions d’euros, la célèbre marque a proposé que l’entrée du monument soit nommée « Gabrielle Chanel ». L’opération qui a été acceptée par le RMN (Rassemblement des musées nationaux).

Conclusion

Inscrire les marques de prêt-à-porter dans le patrimoine est donc réalisable selon différentes manières. Le patrimoine, par son esthétique, son histoire et son authenticité permet de valoriser le secteur de la mode.

Bien plus, il offre des lieux concrets où les enseignes peuvent non seulement inscrire leurs collections (shooting, tournages, points de vente) mais où elles peuvent aussi inscrire de manière visuelle les valeurs et les engagements qu’elles portent, renforçant ainsi leur image de marque et leur notoriété (mécénat, naming).

Par ailleurs, on pourrait également parler des musées de la mode situés dans des sites patrimoniaux. Le premier qui vient à l’esprit n’est autre que le Palais Galliera. On peut également citer le Musée des arts décoratifs situé dans l’Aile de Marsan du Louvre à Paris. Ce dernier possède un département axé sur la mode et les textiles.

Pour aller plus loin

Adopter le naming pour son site historique

La stratégie du naming comme méthode de financement

Le luxe et le patrimoine historique sont indissociables

De plus en plus d’individus, notamment des familles, souhaitent investir dans des sites patrimoniaux pour y développer une activité. Pour accompagner une famille dans l’acquisition d’un site historique, il est nécessaire de prendre en compte les enjeux liés à ce type de biens.

En effet, l’acquisition d’un site historique est un sujet particulier, qui sort du cadre du simple investissement immobilier. Ils sont chargés d’une histoire, d’une âme et porteurs d’un héritage patrimonial. Ainsi, les sites historiques bénéficient parfois d’une protection particulière. De plus, ils doivent faire l’objet d’un entretien régulier et assidu pour éviter qu’ils ne se dégradent. Parfois, il est nécessaire de mettre en place des travaux de restauration et de réhabilitation avant de pouvoir s’y installer ou envisager un développement d’activités.

Hephata a accompagné une famille dans son souhait d’acquérir un site historique.

Contexte

Voici quelques éléments de contexte afin de comprendre le périmètre de cette mission menée par Hephata.

Date de l’intervention : Septembre – Décembre 2021 ;

Propriétaire : Privé ;

Porteur de projet : Privé ;

Département : Non concerné ;

Projet : acquérir et développer un site patrimonial.

Objectif

L’objectif principal de cette mission était d’accompagner la famille afin qu’elle puisse acquérir un site historique, afin d’y installer des activités et en faire une résidence secondaire familiale.

Enjeux

Comme énoncé précédemment, la famille cherchait à acquérir un site patrimonial. L’achat d’un site patrimonial n’est pas un achat immobilier classique. Dans ce cas, deux enjeux ont été mis en avant : 

Concevoir un projet de développement d’activités, autour d’un site patrimonial à identifier  ;

Associer un modèle de financement servant l’acquisition et le développement. 

Ces enjeux sont fondamentaux pour bien accompagner une famille dans l’acquisition d’un site historique.

Résultats obtenus

Les résultats obtenus à l’issu de la mission d’accompagnement sont les suivants :

● Rédaction d’une fiche projet ;

● Définition d’un cahier des charges ;

● Définition d’un programme de recherche.

Ah la gastronomie française ! Saviez-vous que le repas gastronomique des français était classé au patrimoine mondial immatériel de l’Unesco ?  Pour rendre hommage à la gastronomie française, voilà un top 10 des Team building sur le patrimoine gastronomique !

Organiser un Team Building autour du patrimoine gastronomique est plutôt un grand classique, mais voici des activités originales pour honorer le patrimoine culinaire tout en passant un agréable moment avec vos équipes ! De bons souvenirs garantis ! 

En sucré ou en salé, à boire ou à manger, découvrez notre sélection d’activités pour un Team Building mémorable et ludique ! 

Création de vin 

Le concept : 

Les dégustations de vin sont un grand classique des Team Building. Mais pourquoi faire une simple dégustation de vin alors que c’est possible d’en créer un de A à Z ! Une activité qui révèlera le vigneron qui sommeille en chacun ! 

Afableco vous propose une activité Team Building création de vin pour des équipes de 6 à 200 personnes sur une après-midi.

Le Team Building « créer son vin » , est une activité mêlant l’œnologie et la cohésion d’équipe. La création passe par plusieurs étapes comme la sélection des cépages, le choix de la bouteille, le choix du bouchon et le design de votre étiquette. Des décisions qui feront travailler la communication et l’harmonie de vos collaborateurs pour créer un vin parfait : le vôtre ! 

Pour la fin de l’activité, les sommeliers qui sont présents pour vous guider, vous font déguster les différents vins à l’aveugle et ainsi déterminer le meilleur et, qui sait, les futurs vignerons de votre entreprise ! 

Les apports : cohésion d’équipe, communication 

Les secrets de la gastronomie française 

Le concept : 

Une activité mêlant patrimoine et découverte qui plonge les participants dans l’histoire de la gastronomie française. Féru d’histoire ou de nature gourmand, cette activité saura convaincre tout le monde !

Promenade des Sens vous propose un Team Building sur une après-midi autour des secrets de la gastronomie française soit dans leurs locaux dans le 8ème arrondissement ou sur votre lieu de réception. 

L’activité « les secrets de la gastronomie française » emmène vos collaborateurs à la découverte de l’histoire de notre incroyable cuisine. Au fil des anecdotes historiques et des dégustations, qui éveilleront tous vos sens, explorer l’histoire de France de façon inédite. Rythmé par un quizz, cette activité est un moment ludique qui saura charmer vos collaborateurs !

Les apports : détente, découverte, bonne ambiance

Dégustation d’huile d’olive 

Le concept :

L’huile d’olive, c’est comme un voyage express en Provence ! Mais il n’existe pas qu’une seule huile d’olive mais des centaines de variétés, rien qu’en France il y en a plus de 200 ! Une alternative originale à la dégustation de vin classique ! 

Dimension Sud propose un Team Building bar à huiles d’olive pour vous faire découvrir les richesses de l’olivier, arbre emblématique de la Méditerranée ! Une activité qui peut se réaliser de 10 à 100 personnes. 

Le Team Building « bar à huiles d’olive » initie vos collaborateurs à l’oléologie de façon ludique accompagnés d’un professionnel qui vous révèlera tous les secrets de cet or vert. Avec 6 dégustations d’huiles d’olive différentes, de Nice en passant par les Alpilles avec des notes de citron, d’épices et de truffe noire ; faites un tour de la côte méditerranéenne avec vos papilles ! 

Les apports : découverte, voyage, détente, bonne humeur

Initiation aux fleurs dans la gastronomie

Le concept : 

Les fleurs comestibles sont de plus en plus en vogue chez les grands chefs et plus en simple décoration mais comme un mets à part entières. Une découverte pleine de beauté et de finesse avec des saveurs inédites ! 

Dimension Sud propose un Team Building sur la découverte des fleurs dans la gastronomie autour de plusieurs fleurs iconiques ! Une activité qui peut se faire avec 10 à 1000 personnes. 

L’activité dégustation commentée des « fleurs dans la gastronomie », propose de réaliser plusieurs sirops de fleurs comme de mimosa ou encore de coquelicot, des confits de fleurs comme de jasmin ainsi que des fleurs cristallisées à croquer comme la rose. Faites découvrir à vos collaborateurs une autre manière d’apprécier les fleurs en se régalant avec ! Un moment de partage qui saura faciliter les relations entre vos équipes. 

Les apports : découverte, cohésion, communication 

Atelier Armagnac 

Le concept :

L’armagnac, une eau-de-vie produite en France, qui est son berceau, depuis le Moyen-Âge ! Un grand du terroir qui mérite d’être reconnue comme tous les autres. Laissez sa chance à cet alcool de légende et les connaisseurs en seront plus que ravis ! 

Le gout des bonnes choses propose un atelier Team Building découverte autour de l’Armagnac sur une après-midi. Une activité qui peut se faire de 15 à 200 participants.

Le Team Building « Atelier Armagnac », vous fera découvrir cet alcool ancestral en toute simplicité. En omettant aucune facette de ce breuvage tombé dans les oubliettes, qui a pourtant eu de grandes heures de gloire jusqu’au XIXème siècle, vous découvrirez comment le marier de la meilleure façon. Qu’il soit blanc ou ambré, l’Armagnac n’aura plus aucun secret pour vos collaborateurs ! 

Les apports : découverte, bonne humeur, détente

Atelier Bonbons et Caramels 

Le concept :

Qui n’a jamais voulu découvrir les secrets des confiseurs et leur impressionnant travail du sucre ! Une pause sucrée et gourmande qui replonge en enfance tout en douceur. 

Pepite vous propose un atelier bonbons et caramels 100% maison ! Ce Team Building qui se déroule sur une après-midi et en équipe ! Le Team Building « bonbons et caramels », vous propose de devenir expert en confiserie ! 

Au programme ; apprentissage des différentes techniques pour travailler le sucre, avec la maitrise des parfums et des couleurs, réalisations de trois recettes différentes et évidemment dégustation tout au long de l’activité ! Cela peut paraître plus simple qu’il n’y paraît, mais avec cette initiation, vos collaborateurs vont devoir faire appel à leur précision et leur concentration !  Vous pourrez à la fin de l’activité repartir avec vos créations et ainsi les partager.

Les apports : concentration, patience, gourmandise 

Promenade et dégustations saveurs oubliées 

Le concept :

Retour à l’essentiel et au naturel, loin du tumulte de la ville, avec une promenade pleine de saveurs, qui viennent non pas d’ailleurs mais tout simplement des bois et forêts français ! Le Temps des Savoir-Faire propose un Team Building sur les saveurs oubliées en Île de France et sur une après-midi. 

L’activité « Saveur oubliées », est proposée comme une évasion en pleine nature où vous allez pouvoir au fil de votre balade goûter à plusieurs produits récupérer directement sur votre route ! Des jeux et quizz seront également au programme pour rythmer la promenade et également vous apportez quelques anecdotes. Pour terminer profiter d’une dégustation de recettes gastronomiques préparées à partir des plantes observées ! 

Les apports : ludique, découverte, sensibilisation environnementale, convivialité 

Dégustation Fromages de France 

Le concept :

Le fromage est une des fiertés nationales. Comment parler de la gastronomie française sans parler de fromage ! Une dégustation gourmande avec des explications sur les secrets de fabrication qui va pour sûr enchanter la majorité !

Dimension Sud propose un Team Building autour des fromages de France sur une après-midi ou une soirée et avec jusqu’à 1000 participants ! 

L’activité « Dégustations commentées : Fromages de France », vous propose une dégustation de grands fromages iconiques comme le Brie de Meaux, le comté ou encore le fromage de chèvre frais, accompagné d’explications sur leurs histoires et leurs modes de fabrication. Un tour de France des fromages qui devrait faire passer un bon moment convivial à vos collaborateurs ! 

Les apports : bonne humeur, détente, convivialité, communication 

Brasser sa bière 

Le concept : 

Quel amateur de bières n’a pas voulu un jour brasser sa propre bière ? Une découverte des techniques de maître brasseur et des secrets de conceptions pour une activité à vivre sans modération ! 

La Beer Fabrique propose un atelier de brassage de bière avec jusqu’à 60 participants, pendant une demi-journée. 

Le Team Building « Maître Brasseur », vous propose de réaliser une recette de bière, parmi une large sélection, et d’en réaliser une cuvée de 15 litres, que vous pourrez personnaliser avec des étiquettes ornées aux couleurs de votre entreprise ! Dégustations, quiz et anecdotes sont aussi au programme de cette activité qui vous plongera dans l’univers de la bière artisanal. Un moment ludique et amusant !

Les apports : communication, bonne humeur, convivialité

Initiation à la boulangerie française

Le concept : 

Comment faire un article sur le patrimoine gastronomique sans parler de notre très chère boulangerie. Un passage journalier obligatoire pour la plupart, mais derrière les fourneaux c’est une autre histoire à découvrir ! « Oui oui baguette » ! 

Cours de créateurs propose une activité boulangerie française où vous préparez votre propre brunch en petit groupe !

Le Team Building « Boulangerie Française, Baguette et Brunch » vous propose de découvrir comment réaliser l’iconique baguette de pain, mais aussi une fougasse et même des croissants aux amandes ! Découvrez et apprenez les tours de main du boulanger et ses autres secrets pour des articles de boulangerie parfait et fait maison ! Évidemment l’activité se termine par une dégustation du brunch que vous aurez préparé, après l’effort le réconfort ! 

Les apports : convivialité, communication, bonne humeur

Conclusion 

Le patrimoine gastronomique français est très riche et le mettre en avant lors de Team Building est très bénéfique pour vos équipes. Les activités culinaires ont toujours du succès auprès des équipes et elles ont plein d’avantages comme la cohésion d’équipe et la communication qui s’installe plus facilement autour d’une ambiance conviviale ! 

Avec cette sélection Hephata vous assure d’avoir la bonne activité qui transformera votre team building en un évènement mémorable, et quoi de mieux que la cuisine pour se rapprocher ! 

Pour aller plus loin : 

Séduire par le patrimoine gastronomique

Les clés pour un Team Building réussi

45 idées d’animations et d’activités de séminaire incentive

Dans cet article nous allons vous proposer un top 10 des activités de Team Building à faire au grand air pour faire s’évader vos colorateurs. À la mer, à la campagne ou à la montagne il y en aura pour tous les goûts ! 

Le Team Building est devenu un événement incontournable pour la plupart des entreprises et institutions. Avec la crise sanitaire, sortir du bureau et du quotidien est plus qu’appréciable et rien de tel qu’un grand bol d’air frais pour se vider l’esprit.

Les Team Building au vert sont non seulement appréciables pour le moral et la convivialité, mais également pour la découverte du patrimoine naturel qui possède un intérêt de plus en plus important. En effet on voit une montée en puissance de l’écotourisme et des activités et loisirs responsables.

Faire un Team Building à la montagne ! 

La montagne est l’endroit idéal pour les grands sportifs. Que ce soit en été ou en hiver, sur la montagne ou sous la montagne, les sensations fortes sont au rendez-vous et vous profitez d’un cadre grandiose. N’oublions pas la chaleur et la convivialité qu’offre également la montagne, déconnexion garantit ! 

La Via Ferrata

Pour les amateurs de sensations fortes qui souhaitent découvrir la montagne autrement, la Via Ferrata est l’activité parfaite. À quelques dizaines de mètres d’altitude, sur des parois rocheuses, la Via Ferrata permet de découvrirez la montagne comme vous ne l’avez jamais vu ! 

Funbooker propose cette activité Team Building dans l’Hérault, où ce sport se pratique sur différents massifs comme le Thaurac

La Via Ferrata est une activité entre la randonnée et l’escalade. En effet elle consiste à évoluer sur un itinéraire qui peut passer aussi bien par des chemins tracés sur des parois rocheuses, que par des Tyroliennes, descentes en rappel ou encore par de l’escalade pure ! 

Accompagné d’un moniteur, vous évoluez en petite équipe. L’entraide et le dépassement de soi sont primordiales pour que le groupe puisse avancer dans de bonnes conditions dans un cadre montagneux peu commun qui peut se révéler plus difficile qu’on ne le pense. 

Les apports : entraide, courage, initiative et dynamisme !


Balade en chien de traîneau 

Atypique et dans la neige, la balade en chien de traîneau est une activité qui saura convaincre tout le monde. Vivez une aventure pleine de charme avec cette balade qui restera dans les souvenirs de vos collaborateurs. 

Akila-events propose cette activité Team Building dans la vallée de la Tarentaise sur le magnifique domaine des 3 Vallées. 

La balade en chien de traîneau est une aventure unique qui vous rapproche tant de la nature que de ses incroyables animaux. Un moment suspendu dans un décor blanc hypnotisant vous attend avec cette activité qui était à l’époque un moyen de locomotion très répandue. Accompagné de professionnels, si vous l’osez, vous pouvez même conduire l’attelage pour encore plus de sensations ! Cette activité hivernale atypique et insolite dans une nature préservée saura faire vivre une balade grandiose à vos collaborateurs. 

Les apports : détente, harmonie et bonne humeur !

La Spéléologie 

Envie de mêler goût de l’aventure, du défi et découverte d’endroits inédits ? Alors une activité de spéléologie est l’idéal ! Cette pratique peu commune qui séduit de plus en plus, permet de voir un paysage unique.

Funbooker emmène ses clients à la découverte de lacs souterrains et lieux obscurs et mystérieux des Gorges de l’Hérault ! 

La spéléologie fait appel au dépassement de soi et à l’entraide pour réussir à se frayer un passage au milieu de cavités étroites, de larges galeries ou passages des plus improbables. Apprenez l’art du déplacement avec un moniteur diplômé d’État pendant 2h ou plus et faufilez-vous afin de découvrir la sensation d’être sous terre. Montés d’échelles spéléo, descentes sur cordes fixes et autres efforts seront demandés à vos collaborateurs afin de resserrer leurs liens tout en les sortant de leurs zones de confort. 

Les apports : dépassement de soi, courage et curiosité ! 

Les activités de Team Building sur l’eau ! 

Besoin d’apaisement et de calme loin du tumulte de la vie urbaine ? Laissez-vous transporter au fil de l’eau ! Que ce soit à la mer, près d’un lac, d’un fleuve ou d’une rivière, les possibilités d’activités sont innombrables !

Aviron 

L’aviron est un des sports les plus complets qui existe et surtout c’est le sport par excellence pour travailler l’esprit d’équipe. Sans cohésion, impossible d’avancer. Un moment remplit d’émotions attendent vos collaborateurs avec cette activité physique !  

Wechamp propose cette activité Team Building, de façon peu commune. En effet leur spécialité est de faire encadrer leurs activités par des athlètes de haut niveau ! 

Avec l’aviron mettez vos collaborateurs à l’épreuve. Cette activité demande, force, dépassement de soi mais surtout une cohésion d’équipe parfaite ! En effet la cohésion est le moteur même de l’aviron, une cohésion qui est indispensable également dans votre entreprise, c’est donc un excellent exercice pour tester les participants. Rien n’est à laisser de côté aussi bien les qualités de chacun que la coordination de chaque mouvement. 

Les apports : dépassement de soi, confiance, entraide et esprit d’équipe !

Balade en voilier historique 

Fuyez le stress et la ville avec une balade au large sur un voilier historique. Apprenez à manier ce magnifique bateau et profitez d’un cadre idyllique pour apprendre à être un véritable matelot. Bon moment garanti avec vos équipes ! 

Voile d’Exception propose un Team Building à bord d’un bateau historique de notre patrimoine maritime, sur les côtes bretonnes et méditerranéennes. 

Vivez une aventure en mer unique ; apprenez l’histoire du bateau et revivez les conditions de navigation d’époque ! Durant une demi-journée minimum et accompagné d’encadrants professionnels, manœuvrez et imprégnez-vous de la culture marine d’antan. Une expérience unique qui travaille sur la cohésion d’équipe et le dialogue. Une balade inoubliable riche en découverte et en beauté !

Les apports : culturel, originalité, travail d’équipe et lâcher prise !

Stand-up Paddle 

Le stand-up paddle est une activité physique et accessible à tous mélangeant agilité, adresse et détente.  Embarquez vos collaborateurs pour un moment d’évasion mais aussi de concentration, ne perdez pas l’équilibre ! 

Akila-events propose une activité stand-up paddle toute l’année pendant 1h minimum, sur eau salée ou douce !

Cette activité majoritairement pratiquée en groupe séduit de plus en plus d’adeptes autour du monde. Originaire d’Hawaï, cette pratique est à mi-chemin entre la pirogue et le surf moderne. Le paddle, étant une grande planche assez large, offre une stabilité qui permet de glisser sur l’eau et gouter à cette sensation unique tout en maîtrisant sa vitesse. Une balade agréable et un peu sportive malgré tout attend vos collaborateurs dans cette activité ultra écologique ! 

Les apports : bonne humeur, maîtrise de soi et détente !

Les Team Building en forêt !  

Les arbres, le grand air, le chant des oiseaux, les animaux ; la forêt possède ce « je-ne-sais-quoi » qui permet de s’évader facilement du stress quotidien. Retombez en enfance grâce à la beauté si simple, et pourtant époustouflant, qu’offre la nature !


Paintball

Vos collaborateurs s’affrontent dans cette activité paintball, amusante et ludique. Découvrez la combativité et l’esprit tactique de vos équipes avec cette activité où la bonne humeur est assurée !

Conventions et Séminaires vous propose ce Team building, sur une demi-journée ou une journée entière et avec jusqu’à 200 participants !

Cette activité sportive est parfaite pour un moment dynamique autour d’un objectif commun. Au programme, trois épreuves « action », « stratégie » et « protection ». Ces différents modes de jeu vont permettre à vos équipes de non seulement travailler leur esprit d’équipe mais surtout leur communication pour mettre en déroute l’équipe adverse ! 

 Les apports : cohésion, communication, combativité, et dynamisme !

Accrobranche

Prenez de la hauteur et découvrez la forêt autrement avec cette activité accrobranche !  Perché dans les arbres, c’est l’occasion de dépasser ses peurs tout en s’amusant sur différents parcours évolutifs. 

Funbooker propose cette activité Team Building dans plusieurs endroits possibles notamment à Rueil Malmaison dans le 92, pendant 3h et avec jusqu’à 100 participants.

Évadez-vous au vert avec cette activité qui va vous faire retomber en enfance. Grimpez, escaladez, sautez, accrochez-vous à des lianes bref libérez le Tarzan en vous ! 

Avec 7 parcours différents des hauteurs allant jusqu’à 15 mètres, mettez le vertige de vos collaborateurs à l’épreuve et dynamisez vos équipes dans la cohésion et la convivialité !

Les apports : dynamisme, dépassement de soi et bonne humeur !

Course d’orientation

Mettez en concurrence vos collaborateurs sur cette activité course d’orientation,  qui mettra leur sens de l’orientation à rude épreuve. Mais attention, la forêt peut vite se ressembler et on peut s’y perdre, à vous de trouver le chemin !

2isd propose cette activité Team Building partout en France car facilement réalisable, il suffit de grands espaces boisés !  De 2h à 3h de jeu avec jusqu’à 150 participants et des moyens de déplacements variés. 

Véritable révélateur de personnalité, la course d’orientation est une bonne façon de tester la cohésion et la communication au sein de vos équipes. Cette activité sportive, qui reste accessible à tous, permettra aux participants de travailler ensemble sur un objectif commun : franchir le plus rapidement possible tous les points de passage imposés. Le moment idéal pour montrer ses talents de leadership et ses aptitudes à prendre des décisions. 

Les apports : entraide, esprit d’équipe, communication et dynamisme ! 

Dans les airs pour un Team Building au grand air !

Qui ne rêve pas parfois de s’envoler loin de la vie quotidienne juste le temps d’un instant. C’est ce que nous offrent les activités dans les airs, un moment suspendu en dehors de la routine ! 

Balade en Montgolfière 

Offrez à vos équipes une balade en Montgolfière, qui leur en mettra plein les yeux ! Découvrez des paysages d’une façon insolite avec cette aventure dans le ciel ! 

Adrenactive propose une balade en Montgolfière au-dessus de la Seine-et-Marne et du somptueux Château de Fontainebleau ! Pendant 3h, laissez-vous charmer par de nouveaux horizons.

Au départ du Château de Fontainebleau, assistez au gonflage puis décollez pour une balade qui transformera votre vision du château et survolez toute sa forêt. Accompagnez d’un pilote expérimenté, il vous expliquera comment manœuvrer cet engin mythique. Devenez Jules Verne le temps d’un instant et appréciez le patrimoine culturel et naturel français ! 

Les apports :  convivialité, culturel, émerveillement et détente !

Conclusion 

Voilà la sélection d’Hephata, pour des activités Team Building au grand air inoubliables !  Alors que vous ayez des envies d’activités sportives, hors du commun, conviviales ou tout simplement amusantes, il y aura toujours un Team Building qui saura combler vos attentes.

Et surtout n’oubliez pas, un grand bol d’air frais permet de remotiver les troupes ! 

Pour aller plus loin : 

45 idées d’animations et d’activités de séminaire incentive

TOP 5 des journées au vert pour un séminaire

De plus en plus d’entreprises organisent des Team Building pour leurs collaborateurs. Cet article présente les clés logistiques primordiales pour un Team Building réussi, mémorable et répondant aux besoins des collaborateurs !

Qu’est-ce-qu’un Team Building?

Le temps des pique-niques et des fêtes d’entreprise ringardes pour fédérer les collaborateurs est révolu. Désormais la plupart des entreprises font appel à des professionnels de l’événementiel pour organiser de A à Z leurs évènements : séminaires, team-building, journées d’études ou soirées d’entreprises.

Le terme « Team Building », qui signifie « consolidation d’équipe », a pour objectif de renforcer les liens entre les employés d’une même entreprise ou institution. En effet, les liens qui résultent d’un excellent Team Building permettent aux collaborateurs d’accomplir le travail et les objectifs de l’entreprise plus efficacement qu’un groupe d’employés qui ne se connaissent pas et qui n’interagissent pas ensemble. 

Les enjeux d’un Team Building

Que l’animation de Team Building soit destinée à un pôle de l’entreprise en particulier, aux salariés tous secteurs confondus ou aux collaborateurs directs, l’idée reste la même : fédérer un maximum de participants autour d’une ou plusieurs activités à caractère ludique et/ou amusante. Ces activités ont pour but :

– D’apprendre à connaître les collaborateurs ;

– Renforcer l’esprit d’équipe ;

– Trouver des idées inspirantes ;

– Améliorer la communication ;

– Diminuer le stress ;

– Fidéliser les employés.

Le Team Building utilise des activités car une simple fête où l’on réunit un maximum de personnes n’est pas suffisante pour créer une vraie cohésion d’équipe. C’est ainsi que les activités qui sont choisies pour un Team Building sont très soigneusement sélectionnées, puisqu’elles seront mises en place en fonction des valeurs que l’entreprise souhaite transmettre à ses collaborateurs comme. Ces valeurs peuvent être variées telles que l’harmonie, l’ouverture d’esprit, le courage, l’initiative ou la force de caractère.  

Les clés pour un Team Building réussi !

Voici 5 conseils pour un Team Building mémorable :

Définir des objectifs

Quand l’équipe manque de confiance en elle et d’esprit d’équipe, ou alors lorsque les collaborateurs ne se connaissent pas, le Team Building est la solution. 

Dans un premier temps, il faut s’interroger :

– Qu’est-ce que l’on doit créer, susciter ou apporter ?

– Quel message doit transmettre cet évènement ?

– En quoi cela est pertinent avec la situation actuelle de l’entreprise ?

En se basant sur ces questions, il est plus aisé de trouver quel type d’évènement correspond à l’entreprise. 

Une bonne logistique 

Pour un Team Building réussi rien ne doit être laissé au hasard. 

L’une des premières choses à faire est de définir le budget. Celui-ci doit être établi en amont et entièrement détaillé. Certains Team Building peuvent durer plusieurs jours et ainsi il faut prévoir la restauration et le logement où passer la ou les nuits. Il faut également penser aux prestataires, aux transports et/ ou stationnement, les assurances etc. Rien ne doit être laissé de côté, tout compte !

Ensuite, il faut établir la liste d’invités. En effet il faut que prévoir s’il s’agira d’un événement obligatoire ou simplement sur inscription, mais également combien de personnes le budget peut-il prendre en compte et est-ce que certains des employés sont en situation d’handicap. 

Il faut également choisir une date pour l’événement. Puisque que certaines activités peuvent être réalisées en extérieur, il faut donc penser à quel moment de l’année est le plus propice pour profiter au mieux du Team Building. 

Le choix du thème

Le choix du thème peut paraître anodin mais il va permettre par la suite de décider du lieu et des animations. C’est un choix très important. 

Il faut prendre en compte le nombre de participants. En effet, un évènement pour 300 personnes et un pour 20 personnes ne se déroulent pas de la même façon. Pour une vingtaine de personnes, un thème intimiste pour se connaître peut-être intéressant, tandis qu’avec 300 personnes la compétitivité en équipe est plus prédestinée.

De plus, le choix doit être en adéquation avec les objectifs. En effet il faut adapter le thème en fonction du message qui doit être transmis à l’équipe. Par exemple, si l’objectif est de détendre les collaborateurs, un thème sur le bien-être serait recommandé. 

Enfin, il faut prendre en compte les avis des collaborateurs : il se peut que le team building imaginé ne soit pas forcément au goût de tous. Par exemple, certains individus n’auront pas du tout envie de faire une activité sportive. L’avis des collaborateurs est primordial pour que l’expérience se passe bien !

Le choix du lieu

Le choix du lieu de réception de l’événement est essentiel car si le thème est déjà défini, le lieu doit aussi apporter sa contribution.  De ce fait, il faut choisir un lieu qui fait sens. Si le thème choisi est plutôt un thème fantastique ou historique, par exemple, le choix d’un château peut-être très intéressant car il contribue ainsi au thème.

Il faut également prendre en compte la météo, car en fonction de la saison durant laquelle l’évènement se déroule, le type de lieu peut varier.

Le déplacement doit être sagement réfléchis en amont. En effet,  si l’événement d’entreprise se déroule de son périmètre proche, il faut prendre en compte le temps de trajet. De ce fait, il faut réfléchir aux différents modes de transport possibles pour éviter aux collaborateurs toute difficulté d’accès. L’accessibilité est un élément primordial dans la sélection d’un lieu.

Les animations 

Enfin, il est essentiel de choisir les bonnes animations, car elles sont le cœur même du Team Building.

Avant toute chose, il faut définir les objectifs : rassembler, créer de la cohésion, se détendre, améliorer l’esprit de compétitivité. Pour chaque objectif, plusieurs animations peuvent correspondre !

Ensuite, il faut essayer de penser aux participants : comment réussir à satisfaire tout le monde. Comme ce n’est pas toujours faisable, il est important de varier les activités afin qu’il y en ait pour tous les goûts, aussi bien le sportif que le créatif !

Enfin, il est essentiel de prévoir une animation pour tout le monde, comme un jeu géant où tout le monde participe tel qu’un quiz ou un blind-test. Ces animations sont toujours très fédératrices et offrent de bons souvenirs aux participants.

Petit Bonus :  Choisir un professionnel pour réaliser votre évènement

Un professionnel de l’événementiel est une aide précieuse pour la création de votre événement. Certaines entreprises font le choix d’organiser leur Team Building seul, néanmoins si une entreprise n’a jamais réalisé d’évènement de ce type une aide est toujours la bienvenue 

Une expertise qui s’est construit sur des années. En effet faire appel à une entreprise qui a de l’expérience est rassurant. Ensuite, un professionnel du secteur pourra vous proposer différentes formules pour correspondre au mieux à vos attentes. Les professionnels prennent en compte tous les points clés cités précédemment, qui pourraient échapper à la vigilance de l’entreprise.

– Un suivi détaillé et organisé. Étant des professionnels, ils assurent la mise en place de l’évènement de A à Z pour satisfaire les besoins de l’entreprise.

– Une aide sur-mesure pour vos différentes problématiques : des employés en situation d’handicap, un petit budget, une petite équipe ou au contraire une immense équipe ; avec des professionnels, plus d’inquiétude !

Conclusion

La clé principale pour un Team Building de qualité est l’organisation. Chaque détail a son importance, il est essentiel de prendre en compte tous les points évoqués dans cet article afin de créer un évènement inoubliable.

 L’organisation d’un évènement d’entreprise n’est pas à prendre à la légère et peut se révéler être un vrai casse-tête, surtout si l’entreprise souhaite apporter de l’originalité pour vos collaborateurs. C’est pour cela qu’il est toujours rassurant d’avoir une aide d’un professionnel du secteur.

Alors n’hésitez pas à faire confiance à Hephata pour un Team Building réussi !

Pour aller plus loin :

Château ou hôtel de charme pour votre séminaire ?

TOP 15 des lieux en IDF pour un séminaire au vert

45 idées d’animations et d’activités de séminaire incentive

Une image contenant extérieur

Description générée automatiquement

Comment valoriser le patrimoine grâce au « click and mortar » ?

L’important à retenir de cet article :

La stratégie « click and mortar » permet de créer un lien avec sa clientèle grâce à l’utilisation d’un site internet dédié au lieu. De nos jours, à l’heure où internet fait intégralement partie de la vie quotidienne, il est indispensable de posséder un site internet qui soit à l’image du lieu.

Attention cependant : 

– le site internet ne doit pas cannibaliser l’offre du site physique ;

– le lieu (site physique) et le site internet doivent être complémentaires.

1. Présentation de la stratégie « click and mortar »

Détournement de l’expression « brick and mortar », qui désigne une entreprise de vente traditionnelle via des points de vente physiques, la stratégie « click and mortar » fait référence à l’utilisation d’internet. La stratégie « click and mortar » concerne des entreprises réalisant à la fois de la vente en ligne et en physique. Il s’agit d’une stratégie multicanal, communément appelé « click and mortar », mais qui prend aussi en compte une seconde stratégie.

En effet, la stratégie multicanal se réfère à deux formes de comportement :

– Le « click and mortar » (C&M) : le client s’informe sur internet puis achète dans une enseigne en physique, se rend sur le lieu, etc. ;

– Le « mortar and click » (M&C) : le client s’informe sur place puis se rend sur le site virtuel.

Nota Bene : sauf précision, les deux comportements seront compris sous l’appellation « click and mortar ».

Le « click and mortar » est une pratique qui s’est énormément popularisée et développée, notamment liée au boom de l’utilisation d’internet, devenu un essentiel dans la vie courante. Bien au-delà du quotidien, Internet est de plus en plus important dans les nouveaux marchés et dans la manière de consommer des clients. 

Bien qu’initialement appliquée aux entreprises marchandes, cette stratégie s’applique aussi aux entreprises non-marchandes, dans le sens où elles ne vendent pas d’objets mais proposent plutôt des services. Évidemment, les enjeux ne sont pas les mêmes selon l’entreprise et son secteur d’activité. Toutefois, l’interaction entre une entreprise et ses clients, grâce à internet, permet systématiquement de développer des intentions comportementales favorables envers l’entreprise. Le click and mortar est un donc un atout majeur pour les entreprises.

Les différentes e-stratégies existantes

Il existe deux grands modèles de sites internet, entre lesquels se trouve une pluralité de formes hybrides. Les deux grands modèles sont les suivants : les sites « minimalistes » et les sites « amiraux ».

Les sites « minimalistes »

L’objectif principal d’un site minimaliste est d’aider l’individu à préparer sa venue sur le site physique. Ce sont donc des sites avant tout fonctionnels, pragmatiques et utilitaristes. Ces sites sont souvent très épurés, avec des menus simples, faciles à comprendre, afin de communiquer l’essentiel. Pour cette raison, la stratégie de « réplication » est fréquemment utilisée pour la création de ces sites : c’est-à-dire que le site virtuel ne propose ni plus ni moins que ce qui existe en physique. À titre d’exemple, le site du Palais de Tokyo est la quintessence du site minimaliste.

Première page du site du Palais de Tokyo
Les sites « amiraux »

En ce qui concerne les sites « amiraux », c’est tout l’opposé. En effet, les sites amiraux sont des sites emblèmes, proposant des services variés et parfois complémentaires de ce que le visiteur trouverait sur le lieu physique. Dans ce cas, deux logiques principales peuvent être différenciées :

– Les sites amiraux dits « multimédias » : ces sites diversifient les informations et formats. Ils proposent des contenus ludiques et éducatifs à destination de divers publics. Ces sites sont de véritables outils de communication au service du site physique. Les sites multimédias développement des façons innovantes d’apporter le contenu à l’internaute ;

– Les sites amiraux « participatifs » qui créent une interaction avec le public pour le rendre acteur de son expérience sur internet. Ils peuvent proposer des sondages, des visites interactives et personnalisables, etc.

Avant de choisir la forme de son site internet et le contenu qui y sera valorisé, il est primordial d’avoir connaissance des enjeux du site : est-ce d’apporter au public les informations précises ou une expérience unique ? Lorsque les enjeux sont définis, il convient ensuite de réfléchir à la forme la plus adéquate. Avant tout, il est nécessaire que le site internet ne cannibalise pas le site physique. Les contenus doivent être complémentaires ou similaires, et égaux en termes de qualité, pour que l’un ne l’emporte pas sur l’autre.

Enfin, il est important que l’atmosphère du site internet corresponde à celle du site physique, pour rester cohérent et ne pas tromper le public. 

Les facteurs clés d’une stratégie réussie

D’après des études sociologiques relatives au comportement des consommateurs, il existe deux facteurs clés pour déterminer l’efficacité d’un site internet. Il s’agit de la confiance et la satisfaction.

– La confiance concerne notamment les informations disponibles sur le site, les contenus, etc. Un sentiment de confiance implique l’impression que l’entreprise fait preuve d’honnêteté, mais aussi qu’elle prend en compte l’intérêt du consommateur. Lorsque le consommateur a confiance envers une entreprise, un lieu, il considère que celui-ci veut son bien. Il sera donc plus enclin à se rendre sur le site physique et à en parler autour de lui. La confiance est une condition sine qua non du succès d’un site ;

– La satisfaction ressentie lors de la navigation influence favorablement l’intention de recommander le site virtuel et/ou physique, de visiter le lieu.

Pour savoir si les internautes de votre site sont satisfaits, il convient de réaliser des enquêtes en ligne pour recueillir leur témoignage. Cela peut aussi être réalisé auprès des visiteurs du site physique, si ceux-ci sont venus suite à la consultation du site virtuel. Ces enquêtes sont nécessaires pour connaitre l’efficacité d’un site internet.

La relation de confiance et la satisfaction engendrées par l’expérience sur le site virtuel ont des conséquences positives sur le bouche-à-oreille et la venue physique du public.

2. Comment le « click and mortar » s’est-il adapté au patrimoine ?

La stratégie « click and mortar » a su s’implanter dans les musées et les lieux patrimoniaux. De nos jours, presque tous ces lieux disposent d’un site internet dédié à leur activité. Il était donc logique que la stratégie « click and mortar » se développe, de manière consciente ou non. 

Les stratégies présentées précédemment sont toutes deux adaptables aux lieux patrimoniaux et aux musées. 

– Dans le cas du « click and mortar » : le public explore le site virtuel afin de trouver des informations, puis se rend dans le site physique ;

– Dans le cas du « mortar and click » : le client se rend sur le site virtuel suite à une visite physique. 

Le « mortar and click » est particulièrement adapté aux lieux patrimoniaux et aux musées, car cette pratique permet au lieu de garder le contact avec son public. En effet, la visite du site internet peut être considéré comme une prolongation de l’expérience physique :

– Regarder des photos du lieu et les partager avec des amis ;

– Revoir des œuvres ;

– Revivre des bons moments.

Le Château de Versailles 

Le site du château de Versailles est l’exemple type d’un site amiral, proposant des contenus supplémentaires et actualisés en complément des informations classiques. Le site propose une carte interactive, des dossiers thématiques ainsi qu’une boutique en ligne. Rien que sur la première page du site, une multitude de possibilité s’offrent à l’internaute. 

Extraits de la page d’accueil du site du Château de Versailles

Le concept le plus créatif développé par le site a été mis en place parallèlement à l’exposition « Koons ». À ce moment, le château a initié sur son site un partage de photographies prises par les internautes d’une des œuvres de l’exposition. De ce fait, le site virtuel proposait une seconde exposition virtuelle collective en impliquant les visiteurs. De cette manière, les visiteurs souhaitant participer étaient obligé de se rendre sur place pour prendre la photo, puis de retourner sur le site. Cette stratégie a donc impliqué à la fois du « click and mortar » et du « mortar and click », dans un cercle vertueux

Le Musée de Bibracte 

Bibracte est une ville éphémère témoin du passé. Fondée à la fin du IIème siècle avant notre ère, occupée pendant un siècle, il s’agit de l’une des villes gauloises les plus caractéristiques et mieux préservées de France. Avec ses remparts et ses quartiers s’étendant sur plus de 200 hectares, Bibracte est une véritable aventure dans le temps.

Première page du site du Musée de Bibracte

Le site internet de Bibracte, incluant le site du musée, met avant tout l’accent sur l’information donnée à l’internaute. En effet, Bibracte souhaite conserver une expérience qui soit intellectuelle, avec un apport de connaissances et d’informations différent du site physique. Le site du musée de Bibracte peut être considéré comme un site hybride, à la croisée entre le minimalisme et le site emblème. 

3. Les avantages du click and mortar 

Concrètement, la stratégie « click and mortar » (ou son miroir, le « mortar and click ») permet à une entreprise de s’adresser à un panel plus large. Pour cela, il faut que le site soit bien référencé sur les moteurs de recherche, grâce à un travail SEO (optimisation pour les moteurs de recherche, appelé également référencement naturel) de qualité. 

Ainsi, grâce au « click and mortar », l’entreprise peut :

– étendre sa clientèle, notamment grâce à l’élargissement de son public ;

– créer un véritable lien avec sa clientèle, mettre en place des expériences virtuelles exclusives afin de donner envie à l’internaute de venir sur le site ;

– maintenir le lien avec son public lors de période telle que la crise sanitaire récente et continuer ainsi à offrir du contenu même à distance.

La stratégie « click and mortar » permet véritablement de valoriser le patrimoine en maintenant le contact avec le public et en lui proposant une expérience client complète.

Conclusion : 

Néanmoins, il est important de prêter une grande attention à la qualité de son site. En effet, si le site n’est pas de bonne qualité, l’effet sur le public serait néfaste : refus d’aller sur le lieu, bouche à oreille négatif, etc. Une mauvaise expérience client sur le site pourrait laisser présumer à l’internaute que l’expérience physique ne serait pas meilleure. 

Les deux notions les plus importantes que le site internet doit apporter à l’internaute sont la confiance et la satisfaction, afin de lui donner envie de venir sur le site physique.

Pour aller plus loin :

Stratégie et valorisation du patrimoine

Adopter le naming pour son site historique

Design Thinking et patrimoine historique

Séduire par le patrimoine gastronomique : découvrez ce patrimoine qui fait la fierté des français et renforce leur identité.

L’important à retenir de cet article :

La gastronomie est un pilier de l’identité française. Inscrite dans le patrimoine français au même titre que les monuments et sites historiques, la gastronomie plait aux touristes français et internationaux. De cet attrait pour la gastronomie est né le tourisme culinaire, qui permet aux individus de découvrir un territoire grâce à sa gastronomie et à ses produits du terroir.

Introduction :

Selon Jean-Yves Le Drian, actuel ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, « il n’y a pas meilleure porte d’entrée pour la France que ses saveurs et ses goûts ». La France est une terre de saveurs, jalonnée par l’opulence de produits issus des terroirs de chaque région. Ainsi, la gastronomie est une manière pour les touristes de découvrir un territoire, au gré de ses produits du terroir, et son patrimoine.

À titre informatif, le mot « restaurant » est l’un des mots français les plus utilisés à travers le monde. Cette information qui parait anecdotique révèle l’importance de la gastronomie française et le lien, conscient ou non, que font les étrangers entre la gastronomie et la France. Les deux sont indissociables : la gastronomie fait intégralement partie de l’identité française.

Ainsi, le « repas gastronomique des français » a été classé au patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO en 2010. La protection concerne le déroulement des repas, la qualité des recettes et produits, ainsi que son aspect social. En effet, en France, la gastronomie est au cœur de nos pratiques sociales, comme le raconte le podcast de Louie Media, « Manger ».

L’importance de la gastronomie française est telle qu’elle inspire les artistes et écrivains  depuis des siècles. De l’écrivain François Rabelais au peintre Gustave Caillebotte, les créateurs ont été inspirés par la gastronomie française. Tandis que le premier met en avant l’opulence de la cuisine française et des banquets d’antan, le second a retranscrit sur sa toile le raffinement et l’élégance du dîner à la française. 

Nature morte au homard, Gustave Caillebotte, 1883

Dans une huile sur toile intitulée Nature morte au homard, le peintre représente un homard, sobrement disposé sur une nappe blanche. Ce tableau, acheté par des collectionneurs américains, rend hommage à la gastronomie française.

La gastronomie, symbole indissociable de la France

La France est reconnue de par le monde pour de nombreuses richesses, à l’instar de son patrimoine. La plus symbolique est la gastronomie, mêlant raffinement et simplicité, savoir-faire, culture et patrimoine. 

Le patrimoine gastronomique en France rassemble divers éléments : les savoir-faire et techniques culinaires, les recettes et les produits, mais aussi les coutumes et légendes liées à l’histoire culinaire du pays. En France, chaque région possède au moins une spécialité gastronomique, qu’il s’agisse d’un produit du terroir ou d’une recette, qui fait intégralement partie de son identité. 

Certaines de ces spécialités régionales sont tellement réputées à travers le monde qu’elles sont devenues symboliques de la région, et plus largement de la France. Par exemple, la galette bretonne à base de sarrasin se mange dans tous les pays, et c’est un incontournable pour les touristes. D’autres plats français sont aussi réputés à l’étranger, à l’instar du gratin dauphinois, du bœuf bourguignon ou de la ratatouille. D’ailleurs, Ratatouille (2007) est le titre d’un célèbre film d’animation Disney Pixar, qui rend hommage à la gastronomie française. 

Les plats traditionnels de nos régions ont su conquérir le monde, attisant toujours plus la curiosité des touristes pour la gastronomie française. 

« Goût de / Good France », ou le rayonnement de la gastronomie française à l’international

Chaque année, l’évènement « Goût de / Good France », mets à l’honneur la gastronomie française à travers le monde. Initié en 2015 par le célèbre chef cuisinier Alain Ducasse, l’évènement reprend l’idée des Dîners d’Épicure du chef Auguste Escoffier. Ces dîners se sont déroulés de 1911 à 1914 avant d’être arrêtés par la Première guerre mondiale. Il s’agissait d’évènements mondiaux au cours desquels des chefs, répartis dans divers pays, préparaient un repas gastronomique français, pour célébrer la cuisine française. 

Lorsqu’Alain Ducasse fait renaitre ces dîners à travers l’évènement intitulé « Goût de / Good France », il choisit de mettre en avant la diversité du patrimoine gastronomique français en valorisant chaque année une région différente. Un grand dîner est organisé à Paris, tandis qu’une multitude d’autres sont parallèlement servis dans les ambassades et consulats à travers le monde, ainsi que dans des restaurants. La dernière édition, qui aurait dû avoir lieu en 2020, prévoyait de mettre en avant les cheffes et chefs du Centre-Val-de-Loire.

Ces évènements contribuent au rayonnement international de la gastronomie française.

La diversité du patrimoine gastronomique en France

Le patrimoine gastronomique englobe aussi des lieux liés à la culture culinaire : les jardins, potagers et vergers, ainsi que les restaurants, cafés, etc. À ce titre, près de 90 potagers sont protégés au titre des Monuments Historiques, dont une quinzaine sont classés tels que :

– Le Potager du Roi au Domaine de Versailles ;

– Le potager du Château de la Roche-Guyon ;

– Celui du Château de Villandry, qui accueille chaque année environ 350 000 visiteurs. 

Les Jardins Potagers du Château de Villandry

Ces lieux sont à la fois du patrimoine historique, naturel et gastronomique. En effet, il n’est pas rare que ces trois domaines s’entremêlent, puisqu’ils sont tous intrinsèques à l’identité du pays. 

En plus des potagers protégés, nombreux sont les restaurants qui bénéficient d’une protection au titre des Monuments Historiques. Certains restaurants occupaient déjà les lieux avant d’être classés, tandis que d’autres se sont installés (a postériori) dans des monuments historiques. Parmi les restaurants installés dans des lieux historiques, en voici quelques-uns célèbres : 

– Le Jules Verne à Paris, au sein de l’emblématique Tour Eiffel ;

– La Cigale à Nantes, brasserie unique au décors somptueux, qui illumine le cœur de Nantes depuis 1895.

Sublimer le patrimoine historique grâce à la gastronomie

La gastronomie partage avec le patrimoine historique quelques caractéristiques. Tous les deux sont importants dans l’identité du pays et témoignent de son histoire, chacun à leur manière. Ils sont aussi les témoins de l’évolution du mode de vie des français, selon les époques et les territoires.

De plus, le patrimoine historique et le patrimoine gastronomique partagent des valeurs telles que l’authenticité, le raffinement mais aussi la simplicité, ainsi que le respect des matières premières.

Ainsi, nombreux sont les chefs qui ont décidé de s’installer dans des lieux patrimoniaux afin d’y développer leurs restaurants.

L’Auberge du Père Bise du chef Jean Sulpice

Créée au début du XXème siècle, l’Auberge du Père Bise est une ancestrale maison de bien-être, théâtre du patrimoine culinaire de la région. En effet, l’Auberge est particulièrement réputée pour avoir été tenue par Marguerite Bise, grande cheffe française. Elle est la troisième femme ayant obtenu trois étoiles au Guide Michelin. L’Auberge a longtemps été tenue par la même famille, la famille Bise, avant d’être rachetée par le jeune chef Jean Sulpice.

Bordée par les eaux du Lac d’Annecy, l’Auberge est un lieu unique et intemporel, entre patrimoine gastronomique, historique et naturel. La beauté du lieu a séduit Jean Sulpice et sa compagne, qui ont repris l’Auberge en 2016. Depuis, le jeune chef laisse sa créativité s’épanouir, proposant une gastronomie qui se veut responsable et durable, alliant tradition et modernité.

L’Auberge propose deux types de restauration, un restaurant gastronomique 2 étoiles, ainsi qu’un espace bar. Dans ses restaurants, le chef propose une cuisine ancrée dans son terroir, à l’écoute des saisons et respectueuse des produits.

De par son histoire, l’Auberge du Père Bise est le lieu idéal pour l’épanouissement d’un chef. Toutefois, même des lieux patrimoniaux dont l’histoire n’est pas marquée par la gastronomie, c’est-à-dire qui ne sont pas des brasseries ou restaurants historiques, peuvent devenir de parfaits théâtres pour un restaurant.

La gastronomie au château de Fonscolombe

Situé au cœur d’un terrain de 12 hectares, près d’Aix-en-Provence, le Château de Fonscolombe est un sublime édifice construit au XVIIIème siècle dans le style Quattrocento. À l’issue d’une vingtaine d’années de restauration, l’édifice rouvre ses portes en 2017. 

Devenu un hôtel 5 étoiles, le lieu possède aussi deux restaurants ainsi que des vignes, véritable atout pour accueillir les amateurs d’oenotourisme, ce dernier étant intimement lié au tourisme gastronomique. De plus, le lieu possède un potager, dont les productions sont directement utilisés dans les restaurants. 

Classé parmi les Relais & Châteaux, le restaurant accueille les touristes , les locaux ainsi que les résidents du château, venus séjourner quelques jours en vacances.

Le restaurant principal du Château de Fonscolombe est le restaurant L’Orangerie, dont les terrasses offrent une vue imprenable sur le parc du domaine. Le chef du restaurant est Quentin Durand, jeune chef français ayant travaillé auprès des plus grands.

Afin d’offrir une expérience unique à ses clients, ces derniers ont la possibilité d’échanger avec le chef à leur arrivée. Au cours de cette discussion, le chef prend connaissance de la « Madeleine de Proust » des clients, afin de leur faire revivre ce souvenir. À travers cette expérience, le moment au sein du restaurant s’imprime dans la mémoire sensorielle de la clientèle. De cette manière, le lieu crée un véritable lien émotionnel avec le client. C’est une manière de pérenniser la clientèle grâce à une technique s’approchant du neuromarketing.

Charmer le public grâce au tourisme gastronomique

L’attrait des touristes pour la gastronomie a donné naissance à une branche du tourisme nommée le tourisme gastronomique ou tourisme culinaire. En France, environ 13 millions de touristes déclarent pratiquer le tourisme gastronomique. Pour certains touristes, il s’agit de la première motivation pour découvrir un lieu, premier critère de choix. Pour d’autres, le tourisme gastronomique est un atout supplémentaire, mais pas la raison de leur voyage. Les activités complémentaires appréciées par les touristes sont les visites culturelles et patrimoniales, ainsi que les activités de plein air.

Le tourisme gastronomique englobe différentes pratiques, prenant aussi en compte l’oenotourisme ou l’agritourisme. En effet, le tourisme culinaire ou gastronomique concerne toutes les pratiques qui vont mettre en avant le patrimoine gastronomique d’un lieu. 

Tandis que certains touristes désirent simplement découvrir les mets et recettes traditionnels d’un territoire, d’autres recherchent une véritable expérience culinaire mémorable. Ils ont alors le désir de s’initier à la cuisine, de s’immerger dans la culture et le patrimoine grâce à la gastronomie. Ainsi, les activités proposées dans le cadre du tourisme gastronomique sont variées :

– Atelier dégustation en compagnie d’un chef ;

– Stages de cuisine auprès d’un chef ;

– Visites de vignes, de fermes ou de marchés en compagnie d’un spécialiste.

Développer l’une de ces activités en complément de son restaurant est un bon moyen d’attirer les touristes en recherche d’expérience.

Le restaurant La Chapelle Saint-Martin de Gilles Dudognon

Installé dans une ancienne résidence de porcelainiers du XIXème siècle, caractéristique de la ville de Limoges, le restaurant La Chapelle Saint-Martin accueille les clients dans l’univers du chef Gilles Dudognon. Le restaurant de Gilles Dudognon met en valeur le patrimoine bâti de la région, notamment l’histoire de la porcelaine, ainsi que le patrimoine gastronomique.

Une image contenant bâtiment, villégiature

Description générée automatiquement
La Chapelle Saint-Martin ⓒgroupon.fr

Originaire de la région, Gilles Dudognon revendique fièrement son amour pour ce territoire et son patrimoine à travers sa cuisine. Il travaille principalement avec des artisans et producteurs locaux, créant ainsi une synergie entre le lieu et les autres acteurs du territoire.

Afin de diversifier l’expérience autour de la gastronomie locale, le lieu propose diverses activités thématiques :

– Des cours de cuisine ainsi qu’une expérience en immersion en cuisine avec le chef ;

– Un menu thématique « Grande Escapade », incluant une dégustation Accord Mets et Vins ;

– Les « Ruches à manger », déjeuner atypique au sein du parc.

Grâce à ces différentes expériences qui complètent les simples repas au restaurant, le lieu propose aux touristes amateurs de gastronomie un véritable panel d’activités adaptées aux envies et besoins de chacun. 

Conclusion :

 Le tourisme gastronomique est un véritable levier pour attirer des clients au sein d’un territoire ou d’un site patrimonial. Premièrement, il apporte de la visibilité au lieu ainsi qu’une rentabilité sur le long terme. Ensuite, il permet de créer un lien avec la clientèle grâce à la gastronomie, à travers une expérience sensorielle unique que seuls les plaisirs de la table peuvent procurer.

Que ce soit du côté des chefs cuisinier ou du côté des propriétaires et gestionnaires de sites patrimoniaux, mêler patrimoine historique et patrimoine gastronomique est une excellente manière d’offrir à la clientèle une expérience unique. De plus, le patrimoine historique est généralement lié au patrimoine naturel, qui est lui-même essentiel en gastronomie.

Pour aller plus loin :

Lancer des activités dans un site historique

Créer une école de cuisine dans un château

© Miel du Château de Selles-sur-Cher. Adopter le naming pour son site historiqe en créant sa marque.

L’objectif de cet article est de donner des explications et conseils pour adopter une stratégie de naming pour son site historique.

L’important à retenir de cet article

Dans cet artcicle, vous trouverez des explications et conseils pour adopter une stratégie de naming pour son site historique. Celle-ci implique deux méthodes de financement différentes mais efficaces :

– la création d’une marque affiliée à son site historique pour générer des recettes suite à la vente de produits griffés (signés) au nom du château

– l’apport de nouveaux mécènes en permettant l’inscription de leur nom dans l’histoire du château ou du site d’exception

Introduction

En marketing, le naming désigne deux réalités bien distinctes.

Il concerne, d’une part, la création d’une marque par une entreprise, une société ou une infrastructure afin de profiter directement des recettes liées à la vente des produits porteurs de la marque.

D’autre part, le terme de naming est utilisé lorsqu’une marque, une entreprise ou une personne donne son nom à une infrastructure afin de gagner en visibilité en échange de contreparties financières.

Voici nos explications et conseils pour adopter une stratégie de naming pour son site historique.

I. Adopter le naming pour son site historique en créant sa marque

Adopter une stratégie de naming pour son site historique peut consister à créer une marque affiliée à un site historique. Les châteaux étant des sites d’exception, ils bénéficient d’une image de haut prestige qu’il est essentiel de savoir exploiter.

1) Le naming dans les monuments nationaux

A Versailles, les caisses à orangers, les bancs ou vases monumentaux des jardins du château sont également vendus au public. Empreints d’un caractère historique fortement lié au Roi Soleil et à son célèbre jardinier le Nôtre, ces équipements extérieurs font l’objet d’une forte demande. Griffés « Château de Versailles », ils deviennent des produits de consommation extrêmement attractifs. Ce prestige entraîne des retombées financières bénéficiant directement au Château. Le domaine patrimonial de Versailles passe ainsi de nombreux contrats de licence avec plusieurs organismes afin de diversifier son offre. De même, toute une gamme de bougies odorantes et de parfums imprégnée du Château de Versailles et du raffinement à la française ont été conçues par Elisabeth de Feydeau sous la marque Arty Fragance. La reconstitution du parfum de la reine Marie-Antoinette a notamment contribué au prestige de la marque.

Outre Versailles, Chambord a su lui aussi exploiter son image. Les produits mis en vente dans les boutiques sont signés Chambord. Séduits, les visiteurs peuvent repartir avec des souvenirs fabriqués à partir des matières premières du site (bois, miel, andouillers de cerfs, …) sur lesquels est apposée la griffe du célèbre domaine patrimonial et naturel de Chambord.

2) Adopter le naming pour les abbayes et châteaux privés

Mais passons les grands châteaux nationaux, vous aussi propriétaires privés pouvez pratiquer le naming. Nombreux sont les châteaux, abbayes ou vieilles demeures qui mettent en vente des produits portant leurs noms. A Selles-sur-Cher, le miel du château est vendu au public. En ce qui concerne les abbayes, un concept de divine box a été mis en place. L’abonnement à la box permet de recevoir chaque mois des produits fabriqués par les abbayes. Il y anotamment des bières trappistes (Westmalle, Chimay, Spencer, …). Ainsi pour les petits propriétaires, la pratique du naming peut être salutaire. Elle permet de générer des revenus supplémentaires et de faire connaître le domaine. En effet, le produit devient ambassadeur du site historique sur le quel il est produit puis vendu.

Pour Jean d’Haussonville, directeur général du domaine national de Chambord,

« Chambord est passé d’une phase de défense de sa marque à une phase de valorisation, en particulier grâce au développement de produits. La signature de la France passe par des noms de lieux, par une séduction de ses territoires »

II. Adopter le naming pour son site historique dans une logique de sponsoring

Déjà pratiqué dans les secteurs du sport et du spectacle, le naming en tant que pratique de parrainage tend à s’appliquer désormais aux musées et sites historiques.

1) Adopter le naming pour son site historique : exemples de parrainages

Ainsi, la première salle du Musée d’Art Moderne de Paris s’est vue rebaptisée « Albert Amon ». Il s’agit du père de Maurice Amon, grand passionné et collectionneur d’art contemporain. C’est une grande première pour un musée d’art français qu’un mécène puisse apposer son nom au sein d’une structure muséale. Le conservateur du Mam de Paris souhaite poursuivre cette politique du naming. Il propose des salles à un million ou 500 000 euros en fonction de leurs dimensions. Cela lui permet d’élargir ses recettes en vue de l’embellissement du musée et de l’acquisition de nouvelles œuvres. Mis en place en 2017, le naming a ainsi permis de participer en partie au financement du réaménagement du musée.

« Cette opération a permis de participer à hauteur de 20% aux grands travaux de rénovation de 2019 »

A Vaux-le-Vicomte, en récompense des dons effectués pour la plantation de tilleuls le long du grand canal, une plaque gravée au nom du mécène figure au pied de chaque arbre.

2) Adopter le naming pour son site historique : conseils

Pour un propriétaire de château ou un conservateur de musée, le naming est une opportunité de financement non négligeable à laquelle il peut être intéressant d’avoir recours. Néanmoins, le c’est une solution délicate encore mal implantée en France et quelquefois vilipendée. En effet, certains individus y voit une commercialisation voire une marchandisation du patrimoine muséal ou architectural et c’est en cela qu’ils dénoncent la pratique du naming. Par ailleurs il arrive souvent que les nouveaux noms affiliés à des entreprises ou des enseignes se substituent aux appellations traditionnelles et historiques. Le Centre d’interprétation de l’histoire du Loure et des ses collections, situé dans Pavillon de l’Horloge, a ainsi été renommé le Centre Sheikh Zayed bin Sultan al Nahyan (fondateur de la fédération des Emirats arabes unis).

Quoiqu’il en soit, il est possible d’user de cette stratégie de financement pour son site historique ou pour une institution muséale tout en respectant le patrimoine culturel. Il s’agit simplement de suivre un cadre réglementaire rigoureux et en cela nous vous invitons à suivre plusieurs conseils :

Bien réfléchir à l’affectation du don dans le naming

Avec le naming, il faut se montrer inventif afin que les contreparties soient attractives mais sans être trop contraignantes. Il est important de réfléchir à l’objet, à l’espace ou à l’évènement que l’on souhaite mettre à disposition des mécènes. Cela est sans doute plus avantageux de viser des objets, des salles ou des activités plutôt que le monument en lui-même. En effet, ce n’est pas très agréable de rebaptiser un château en lui supprimant son nom historique. C’est pourquoi il est certainement préférable de proposer aux mécènes de donner leur nom à un banc, une porte, une salle, etc … Cependant, il faut également préciser l’affectation du don afin que les contributeurs ne se sentent pas trompés. Leurs dons seront-ils destinés à la restauration, l’entretien ou l’embellissement du site ou encore à l’acquisition d’œuvres ou de meubles ?

Adopter et mettre en place une grille tarifaire et la respecter

Avant de procéder à la stratégie du naming, il est impératif de fixer une grille tarifaire et une durée après avoir choisi le montant envisagé de la collecte. Pour financer son déménagement sur le plateau de Saclay, Centrale Supélec a lancé un phase de collecte établie à 14 millions d’euros en 2014. Les mécènes peuvent choisir de sponsoriser une terrasse (250 000 €), une salle de cours (100 000 €), une salle de réunion (50 000 €) ou encore un fauteuil d’amphithéâtre (10 000 €) pour une durée de dix ou quarante ans (mise doublée). Ensuite, il s’agira de toujours respecter les tarifs en place. En effet, pour garder en crédibilité, aucune exception ne doit être admise, peu importe le degré d’affinité du donateur avec le site patrimonial.

Adopter et définir une charte éthique

Il est tout à fait possible d’adopter le naming pour son site historique mais il est conseillé de définir une charte éthique pour éviter de défigurer et dénaturaliser le lieu. Celle-ci fait l’objet d’une convention très précise entre les différents acteurs et parties prenantes en charge de la sauvegarde du patrimoine en question. Il faut à tout prix respecter la signalétique et l’architecture du bâti qui pourraient être menacés par une trop grande influence du donateur. Il est ainsi possible de veiller à l’interdiction de la présence de logos au sein du château ou du site d’exception.

Garder son indépendance dans le naming

Le plus compliqué dans la stratégie du naming de mécénat est de garder une certaine indépendance vis à vis des donateurs. Flattés de pouvoir être intégrés à l’histoire du château, ils pourront avoir l’ambition de participer à son aménagement et à sa politique de décoration et de restauration. Il convient donc de trouver un équilibre entre l’intégration des donateurs et la maîtrise de son bien.

Protéger son château et s’assurer de l’intérêt du naming

En adoptant le naming, il faut être vigilant sur l’identité des personnes ou entreprises qui souhaitent donner leurs noms. On peut notamment penser à la question des couples donateurs : les individus sont-ils tous deux d’accord pour donner leur nom en contrepartie d’un versement financier ? … Autre étude de cas : que faire si la personne ayant cédé son nom est condamnée pour cause judiciaire ? La mise en place d’une clause juridique particulière pour résilier le contrat de naming peut donc être une bonne option.

Conclusion

Le naming est une technique de marketing qui propose deux types de propositions. L’une vise à développer une marque affiliée directement au site historique pour attirer les clients prestigieux et générer des recettes. La seconde offre aux mécènes d’apposer leurs noms à des espaces, des objets, des lieux ou encore des activités. Ces deux alternatives peuvent être des sources de financement utiles et efficaces.

Pour aller plus loin

Utiliser le patrimoine naturel à des fins marketing

Le luxe et le patrimoine historique sont indissociables

Le mécénat patrimonial : fonctionnement et utilisation

Quels financements pour mon château