La France au patrimoine mondial de l’UNESCO

Une image contenant extérieur, eau, ciel, nature

Description générée automatiquement

Quelle est la place de la France au patrimoine mondial de l’UNESCO ? 

L’important à retenir de cet article :

La France tient une place importante dans le patrimoine mondial de l’UNESCO. Les sites inscrits sont des vitrines pour leur pays. L’inscription met en valeur la culture et le patrimoine de ces pays.

L’inscription d’un site au patrimoine mondial de l’UNESCO est une démarche qui demande une grande implication dans sa protection, sa gestion et sa sauvegarde. 

Introduction

Afin de veiller à la sauvegarde du patrimoine, l’UNESCO encourage les pays à signer la Convention du Patrimoine mondial. De cette manière, les pays s’engagent à assurer la protection de leur patrimoine naturel et culturel. 

Pour cela, l’institution mène différentes actions, à l’image de la Stratégie Globale. Mise en place en 1994, son objectif est de s’assurer que la liste du patrimoine mondial reflète bien la diversité culturelle et naturelle des biens classés. Ainsi, depuis la mise en place de cette stratégie, 45 nouveaux pays ont ratifié la convention.

L’UNESCO a aussi un rôle dans la sauvegarde des sites du patrimoine mondial en danger immédiat à travers une assistance d’urgence grâce à des outils techniques ainsi qu’une aide financière. 

Enfin, l’UNESCO fournit des études qui permettent de comprendre les différents problèmes concernant le patrimoine : facteurs de risque climatique, politique, social, etc. Il 

s’agit de comprendre quels sont les sites présentant un risque élevé, d’où vient-il et comment pourrait-il être résolu.

1. Présentation du patrimoine mondial de l’UNESCO 

L’objectif initial de l’UNESCO est de maintenir la paix et la sécurité entre les pays, grâce à la collaboration entre les nations. Dans cet objectif, l’UNESCO a estimé que le patrimoine tient une place primordiale. En préservant les sites et monuments remarquables partout à travers le monde, l’UNESCO renforce l’idée d’un patrimoine commun à l’humanité. Par extension, cette idée consolide à son tour la cohésion et l’échange entre les nations.

Le patrimoine mondial de l’UNESCO témoigne d’une histoire commune et démontre la diversité des cultures, qui fait la beauté de l’humanité. La notion de « Patrimoine mondial » de l’UNESCO prend forme en 1972 avec l’adoption de la Convention pour la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel. 

La liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO recense aujourd’hui 1 121 biens inscrits à travers le monde. En complément de cette liste, une seconde liste détermine les biens qui sont en péril. À l’heure actuelle, cinquante-trois sites sont en péril. 

2. La place de la France au Patrimoine mondial de l’UNESCO

La France signe la Convention pour le Patrimoine mondial en 1975 et devient l’un des premiers pays signataires. 

Avec 49 biens inscrits, la France se place en cinquième position des pays possédant le plus grand nombre de biens inscrits. L’Italie et l’Allemagne se partagent la première place. Les 49 biens inscrits sont répartis comme ceci :

– 42 sites culturels ;

– 6 sites naturels ;

– 1 site mixte, c’est-à-dire à la fois culturel et naturel. 

Voici quelques exemples de biens français inscrits au patrimoine mondial de l’UNESCO :

– Le Mont Saint-Michel et sa baie, inscrit en 1979, cette « merveille de l’Occident » est un joyau architectural qui s’est adapté à un site naturel exceptionnel et complexe ;

– La ville historique fortifiée de Carcassonne en Occitanie, célèbre pour ses remparts et son château ;

– La ville de foire médiévale de Provins en Ile de France, qui a su préserver sa structure urbaine, ses monuments historiques et son authenticité.

Une image contenant bâtiment, extérieur, ciel, église

Description générée automatiquement
Carcassonne ⓒviator.com

Comment sont gérés les sites en France ?

Les sites culturels et naturels ne dépendent pas de la même institution. Les sites culturels sont à la charge de la Direction générale des patrimoines et de l’architecture au sein du Ministère de la Culture. Plus précisément, c’est la sous-direction des monuments historiques et des sites patrimoniaux qui coordonne la protection et la gestion des biens culturels. Cela implique diverses missions telles que :

– Élaborer et modifier les périmètres d’inscription ;

– Vérifier l’adéquation des dispositifs de protection avec les limites des biens et leurs zones tampons ;

– Suivre les différents projets concernant le bien.

En ce qui concerne les biens naturels, ils dépendent du ministère de la transition écologique, qui se charge de mettre en œuvre la convention. 

3. L’impact de l’inscription au patrimoine mondial de l’UNESCO

Lorsqu’un bien est inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO, un périmètre spécifique ainsi qu’une zone tampon sont mis en place. La zone tampon est délimitée par le préfet de région en concertation avec les collectivités territoriales concernées. Elle inclut notamment l’environnement immédiat du bien protégé.

Des actions de protections et de gestions doivent être mise en place afin d’assurer la sauvegarde du patrimoine au sein du périmètre.

Afin d’illustrer ce que cela implique, prenons l’exemple du centre historique de la ville de Lyon.

Focus sur le périmètre UNESCO à Lyon

Le site historique de la ville de Lyon est inscrit à l’UNESCO depuis 1988. La zone inscrite est surnommée « périmètre UNESCO ». Elle comprend les quatre quartiers historiques de la ville : 

– La Colline de Fourvière, berceau historique de Lyon, avec ses théâtres antiques, sa Basilique et sa cathédrale ainsi que de nombreux musées et jardins jalonnant le quartier ;

– Les quartiers du Vieux-Lyon, particulièrement marqué par l’architecture du XVème et du XVIème siècle ;

– Le cœur de la Presqu’Île, dont l’urbanisation a commencé dès la Renaissance ;

– La colline de la Croix-Rousse, marquée par l’histoire des Canuts, les ouvriers tisserands de la soie.

Intérieur d’une cours dans le Vieux-Lyon (à gauche) et Basilique de Fourvière (à droite)

Tous ces quartiers témoignent du passé de la ville, de son évolution au fil des siècles à travers une trame urbaine et architecturale exceptionnelle. Afin de préserver ce patrimoine et de conserver l’inscription à l’UNESCO, la ville a mis en place un programme comprenant plusieurs actions. 

La protection et la gestion du périmètre UNESCO fonctionne grâce à divers dispositifs :

– Des outils réglementaires issus du Code du Patrimoine ou du Code de l’Environnement ;

– Des outils opérationnels ;

– Ainsi que des outils de coordination comme les ateliers du patrimoine.

La ville de Lyon coordonne des programmes d’action sur toute la chaîne du patrimoine, en collaboration avec la métropole, la région et l’État. L’objectif commun de toutes ces actions est le suivant : sensibiliser le public aux valeurs du patrimoine et aux projets culturels. 

La rénovation du Musée Gadagne afin de le transformer en lieu d’étude, de conservation et de médiation du patrimoine lyonnais est une action majeure. Le chantier de rénovation de l’établissement est la première signature « convention-patrimoine » conclue entre l’Etat et la Ville.

Musée Gadagne ⓒpetit-bulletin.fr

Les conséquences de l’inscription à l’UNESCO

Lorsqu’un site est inscrit à l’UNESCO, les enjeux principaux sont les suivants :

– Faire coïncider la hausse de la fréquentation avec la préservation des sites historiques ;

– Conserver la démarche morale du devoir de mémoire ;

– Générer un développement économique et touristique.

Le classement à l’UNESCO apporte une visibilité et une reconnaissance mondiale de la valeur universelle et exceptionnelle du site. Cela influe sur l’intérêt du grand public pour le lieu, créant de l’attractivité. Toutefois, il faut faire attention au tourisme de masse, qui peut dénaturer un lieu et déranger les habitants. 

À Lyon, la ville se tourne vers un tourisme plus respectueux et intelligent, en s’écartant du tourisme de masse. Le directeur général d’Only Lyon Tourisme et Congrès déclarait en 2020 vouloir « le développement d’un tourisme réfléchi, durable (…). Privilégier la qualité à la quantité. »  En 2019, la métropole de Lyon a remporté le Prix de la Capitale Européenne du Smart Tourisme, aux côtés de Helsinki. Ce prix récompense l’effort mené par la ville de Lyon pour développer un tourisme durable et respectueux de son territoire, grâce à des innovations numériques. 

4. Comment bénéficier de l’inscription au Patrimoine mondial de l’UNESCO ?

Le patrimoine mondial de l’UNESCO concerne des sites et biens à travers le monde possédant une valeur universelle exceptionnelle. Cela signifie que le bien doit avoir une importance culturelle et/ou naturelle si exceptionnelle qu’elle transcende les frontières nationales, présente un caractère inestimable pour les générations actuelles et futures.

Nota Bene : seuls les pays ayant signé la Convention du patrimoine mondial peuvent soumettre des propositions d’inscriptions de biens situés sur leur territoire sur la Liste du patrimoine mondial.

Pour savoir si un bien possède une valeur universelle exceptionnelle, il doit :

– Répondre aux critères d’authenticité et d’intégrité ;

– Avoir fait l’objet d’une étude comparative avec les biens déjà inscrits à travers le monde pour que soit démontré son caractère unique ;

– Bénéficier d’un système de protection et de gestion adapté, afin d’assurer sa sauvegarde.

Les critères

Le bien doit aussi répondre à au moins l’un des dix critères définis par le Comité du patrimoine mondial, répertoriés dans le tableau ci-dessous. 

En complément de ces critères, le bien présenté un caractère d’intégrité et, s’il s’agit d’un bien culturel, d’authenticité.

 Focus sur le Val de Loire

 Le Val de Loire, de Sully-sur-Loire à Chalonnes, est inscrit depuis l’An 2000. Site remarquable par son patrimoine architectural, ses villes historiques et ses châteaux renommés, le Val de Loire est un paysage culturel exceptionnel. Le site correspond à trois des critères énoncés dans le tableau ci-dessus :

– Critère I : le Val de Loire est remarquable pour la qualité de son architecture, notamment ses châteaux comme Chambord et Chenonceau, ainsi que ses villes historiques à l’image de Blois et Chinon ;

– Critère II : le site possède un paysage culturel exceptionnel valorisé par sa présence tout au long d’un grand fleuve. Il témoigne d’un échange d’influences et de valeurs humaines entre l’environnement et les hommes depuis plus de deux millénaires ;

– Critère IV : le site illustre à un degré exceptionnel l’influence des idéaux de la Renaissance et du siècle des Lumières dans la pensée et la création en Europe occidentale.

Une image contenant ciel, extérieur, eau, nature

Description générée automatiquement
Val de Loire, vers Amboise ⓒwedrivit.com

À ces trois critères s’ajoutent l’authenticité et l’intégrité du site. En effet, le lieu a conservé un très haut degré d’authenticité grâce à ses monuments et les nombreux travaux de conservation dont ils ont bénéficié. De plus, la trajectoire historique du Val de Loire est clairement lisible et visible dans le paysage actuel. 

Toutefois, plusieurs facteurs risques d’affecter l’authenticité du bien tels que l’étalement urbain, les mutations agricoles ou la construction de grands équipements. Il est donc primordial de préserver son site en utilisant les outils et en respectant les règles de protection et de gestion évoquées auparavant.

Les éléments essentiels pour établir une proposition d’inscription

Avant de se lancer dans la rédaction du dossier de proposition d’inscription, plusieurs étapes sont nécessaires. Tout d’abord, il faut mener à bien l’intégralité des recherches de fonds et de documentation. Ensuite, il est impératif de procéder à l’analyse comparative évoquée précédemment, celle déterminant l’unicité du bien en comparaison des biens déjà inscrits. C’est une étude qui prend du temps et de l’énergie.

Puis vient le moment d’établir le projet de déclaration de valeur universelle exceptionnelle et d’en déterminer les critères pertinents. À cela s’ajoute l’évaluation de l’authenticité et l’intégrité du bien et la détermination des attributs les plus pertinents. Ensuite, il convient de définir les limites appropriées. Une fois toute ces étapes réalisées, la rédaction de la description du bien et son historique peut commencer. La dernière étape consiste à compléter les parties manquantes du dossier.

Le dossier de proposition du bien, outre sa finalité pour obtenir l’inscription, peut aussi être un outil de gestion et de suivi du bien. En effet, ce dossier contient des informations importantes :

– La présentation du bien et sa documentation ;

– La description de sa valeur universelle exceptionnelle présumée, à quel critère correspond-il ;

– L’état de conservation du bien ainsi que les facteurs qui l’affectent ;

– Le descriptif de la manière dont seront assurés sa protection, sa conservation, sa gestion, sa mise en valeur ainsi que son suivi concernant sa valeur universelle exceptionnelle virtuelle.

Conseil : étudier les dossiers et processus de propositions d’inscriptions qui ont abouti, en se référant à la documentation disponible ici.

Conclusion :

Le patrimoine mondial de l’UNESCO est un gage d’authenticité apportant une grande visibilité aux biens inscrits. Au-delà du prestige, le patrimoine mondial aide les biens inscrits à bénéficier de politiques de protection et de gestion pertinentes et durables. En effet, lorsqu’un pays voit un de ses biens inscrits à l’UNESCO, l’enjeu est qu’il reste le plus longtemps possible, voir éternellement, dans la liste : les pays prêtent alors un intérêt tout particulier à la conservation de leurs sites inscrits.

L’UNESCO est une porte d’entrée vers la visibilité internationale, l’augmentation de l’attractivité et du flux touristique sur son territoire. Toutefois, bien que le patrimoine mondial soit la liste la plus célèbre de l’UNESCO, une seconde, moins connu du grand public, est tout aussi intéressante : il s’agit du Patrimoine immatériel culturel.

Pour aller plus loin :

Quelles protections pour valoriser le patrimoine ?

Panorama des acteurs européens du patrimoine

Historique et enjeux actuels du patrimoine