RESTAURER UN CHÂTEAU ET SA CHAPELLE - Interview de Bruno Lestrat, président de l'Association de Sauvegarde du Patrimoine de l'Aisne Méridionale

Publié par Indiane Blanc, le 09/03/2018
Sous-catégorie : Témoignage.

L'important à retenir dans cet article :

Préserver le patrimoine ? Volontiers ! Participer à la restauration du monument ? Volontiers ! Valoriser les savoir-faire locaux ancestraux ? Cela n’est pas réservé au château de Guédelon ! Pour beaucoup, cette association du patrimoine et des savoir-faire est devenue une action prioritaire. Quelques clés pour se lancer.
L'Association de Sauvegarde du Patrimoine de l'Aisne Méridionale intervient sur la conservation et l'animation de deux monuments classés : le château et l'église de Berzy-le-Sec, dans l'Aisne. Il s'agit d'une action de « préservation de patrimoine » à travers l’organisation de chantiers internationaux de bénévoles. Le chantier a débuté en 1998, et l’Association fête ses 20 ans cette année.
Le château et l'église servent de support à une transmission de savoir-faire, et une conservation d'un patrimoine médiéval.

En préambule…


La restauration du château et de la chapelle permet de valoriser et de transmettre le savoir-faire technique et traditionnel de l'époque médiévale.

La transmission des métiers artisanaux privilégie le contact entre la matière et le geste. L'intervention d'engins mécanisés n’est pas souhaitée, afin de rester en adéquation avec le monument, par exemple retailler la pierre à la main, tailler le bois à la hache pour la charpente...

L’association va jusqu’à fabriquer au sein du chantier les matériaux dont elle a besoin pour la préservation du monument. Par exemple, le toit de la chapelle est en restauration et pour retrouver le panel de couleurs disparues des tuiles, elles sont fabriquées à la main et cuite au feu de bois dans un four de tuilier construit pour l'occasion.


Comment se déroule la restauration du château ? Quelles sont les différentes étapes ?


Il y a plusieurs étapes pour restaurer un beau patrimoine :

- 1ère étape : établir un lien juridique entre l'association et le propriétaire sous forme d’une convention, d’un bail... En effet, l'association n'est pas propriétaire du monument et il est nécessaire de constituer un ou plusieurs contrats afin de sécuriser l’opération et définir le rôle de chacun.

- 2ème étape : si l'intervention porte sur un monument protégé (classé MH ou inscrit), certaines règles doivent être respectées, notamment la réalisation d’études afin de définir un projet de programme de travaux à effectuer pour la restauration :
o Une étude préalable à la restauration, c’est-à-dire un diagnostic, une analyse des désordres qui se trouvent dans le monument,
o Une étude archéologique et historique du château.

- 3ème étape : la connaissance des « maux » établie, il faut dresser les priorités dans l'intervention et les techniques qui seront appropriées. Tout cela en concertation avec les autorités compétentes (DRAC, Architectes des Bâtiments de France...) si le monument est protégé.

- 4ème étape : les travaux déterminés, il convient d'en assurer le financement (voir comment monter un bon dossier de financement et quels financements conviennent à quels types de projets).

- 5ème étape : ensuite, nous entamons les travaux. S'agissant d'un chantier de bénévoles, il nous faut au minimum un encadrant technique afin qu’il puisse transmettre ses connaissances, sur un savoir-faire particulier, aux gens qui n'en connaissent pas les rudiments.

- 6ème étape : établissement d'un calendrier prévoyant les différentes phases de travaux de restauration, avec les financements dédiés...

Sur un chantier, il est possible de voir travailler ensemble entre 2 à 10 corps de métiers différents (forgeron, céramiste, menuisier...). On retrouve cet échange qu'il y avait entre les artisans à l'époque médiévale !

Il est intéressant de rencontrer les mêmes problématiques qu'à l’époque, bien qu'aujourd'hui, nous profitons de meilleures conditions de sécurité (échafaudages par exemple) et d’un temps disponible plus important.

Dans le cadre de l'association, le but est la préservation et la restauration du patrimoine. Nous n’avons ni les contraintes de rentabilité, ni les contraintes d’échéance, que les entreprises rencontrent. La seule véritable contrainte est celle dictée par l'état du monument, les risques d’effondrements... qui peuvent nécessiter une intervention rapide et efficace.



Comment financez–vous ce chantier ?


Nous sommes un chantier international de bénévoles. Malgré la présence de personnes qui donnent gracieusement de leur temps, nous nous sommes entourés de partenaires pour soutenir le projet, en menant une politique de financements croisés. Cette stratégie nous a permis de collecter des fonds pour réaliser les travaux :
- Les collectivités territoriales : commune, département et région,
- Les services de l'Etat : les DRAC pour l'achat des matériaux, le paiement des artisans ; la Direction Régionale de la Jeunesse et des Sports pour l'aspect animation, éducation populaire et jeunesse...,
- La Fondation du Patrimoine pour la transmission des savoir-faire techniques traditionnels liés à la conservation du patrimoine... Il s'agit d'un financement qui participe à la préservation de ce patrimoine immatériel menacé parfois de disparition.
- Les opérations de formation : nos chantiers servent également de support à des stages de formation liés aux métiers du patrimoine. Les financements levés contribuent à la sauvegarde de nos monuments.
- Les souscriptions : nous sollicitons directement le public, grâce à notre partenariat avec la Fondation du Patrimoine.
- La participation des bénévoles : ces derniers règlent auprès de l'association des frais d'inscription dont le montant est variable selon la nature et la durée du chantier choisi.


Comment avez-vous convaincu les personnes de l'association de vous suivre dans cette voie ? Quel est le projet que vous leur aviez proposé ?


La présentation s'est réalisée en plusieurs étapes :

- Dans un premier temps, la restauration était réduite à des actions simples. Elle était ouverte aux habitants du village et aux amis. C’était une occasion de se retrouver autour d'un projet commun.

- Progressivement, les interventions sont devenues plus techniques : il a fallu structurer nos chantiers, se former et s'entourer de professionnels dans l'encadrement de certains de nos ateliers,… et le recrutement des bénévoles s'est élargi en conséquence.

- Ensuite, nous nous sommes rattachés à l’Union Rempart : intégré au sein du réseau, nous avons pu communiquer sur l'existence de notre chantier et de notre besoin croissant de bénévole. Le réseau Rempart nous a permis d'attirer de nouveaux volontaires et de bénéficier de précieux conseils !

- Au fur et à mesure, nous avons élargi le cercle des recrutements, jusqu’à l’international (brésiliens, israéliens, chiliens...) ! Nous avons lié des partenariats internationaux, comme par exemple ICOMOS Israël, toujours par le biais d'Union Rempart.

- Aujourd’hui, l'ampleur des travaux s'est accrue et diversifiée grâce notamment à la relation de confiance qui s'est créée entre l'association et les services de l'Etat en charge de la surveillance des opérations.

Ainsi, plus notre champ d'action s'ouvre, plus les activités sont multiples et attirent davantage de bénévoles. Cette progressivité permet de fidéliser un public de plus en plus nombreux tout en préservant l'ambiance de départ.

Le nombre de personnes évolue régulièrement : au cours de l'année 2017, nous avons accueilli plus de 500 bénévoles répartis sur 65 sessions et 22 thématiques différentes (bois, pierre, vitrail...).


Néanmoins, nous n'y travaillons pas toute l'année, l'hiver n'étant pas propice aux travaux. Ces derniers se déroulent du printemps à l'automne et nous profitons du reste de l’année pour rédiger nos demandes de subvention, faire nos compte-rendus, nos bilans, nos études préalables, nos commandes de matériels, nos ajustements liés aux financements,... Il s'agit d'une phase de préparation et de recherche d'encadrants indispensables qui s'inscrit dans un mouvement perpétuel.


Quelle est votre journée type heure par heure ?




Nous dormons tous sur place, soit en campement, soit chez l'habitant, dans un gîte, en caravane...

Il y a un échange singulier entre les volontaires qui participent à la conservation de ce patrimoine et les habitants qui profitent de celui-ci. L’existence de cette relation entre acteurs et spectateurs de la sauvegarde du patrimoine crée une véritable émulation autour de ce projet.


Étiez-vous formé à lancer un tel chantier ?


Au départ, je n'étais pas du tout formé. A travers mes études autour de la conservation du patrimoine historique, je connaissais les protocoles d'intervention et le volet administratif sur les Monuments Historiques. Cependant, l'aspect pratique et technique de la restauration m'était inconnu, j’ai pu l'apprendre en participant à d'autres chantiers de bénévoles et en côtoyant les professionnels des métiers du patrimoine.

Fort de ces expériences, j'ai pu assurer un encadrement des chantiers de manière plus adaptée. Toutefois, rien n'est figé et l'apprentissage demeure riche et permanent. Ce qui est intéressant c'est l'apprentissage permanent du savoir-faire.


Avez-vous retrouvé des archives concernant le château et pouvant vous aider à la restauration ? Par qui êtes-vous accompagnés ?


Nous avons déjà retrouvé de nombreuses archives et nous continuons à le faire. Nous avons la chance de disposer d'une documentation assez riche : des photographies, des écrits, des témoignages d'architectes ou de personnes qui ont travaillé ou vécu sur place, des découvertes archéologiques... La mise en place d'une session « Relevé & archéologie du bâti » a permis à l'association de dresser les plans des monuments, de dresser des relevés « pierre à pierre » des élévations, d’obtenir des informations sur l'histoire de la construction du monument. Le fait de nous entourer de techniciens et d'historiens permet de véritablement approcher l'histoire de ce patrimoine.

Mais, à présent, nous ne pouvons plus nous contenter d'une étude historique. Nous faisons appel à des spécialistes des matériaux, des archéologues, des artisans... Le champ d'action doit être le plus large et le plus ouvert possible. A travers nos interventions, nous entrons dans l'intimité du bâtiment pour mieux apprécier les différentes techniques utilisées dans sa construction, savoir lire et interpréter les traces d'outils laissées par les « oeuvriers » de chaque époque. … L'archéologie du bâti constitue aujourd'hui une source historique à part entière. L'approche de l'homme et de la matière constitue à mon sens une problématique importante dans l'étude d'un monument et de l'art de le bâtir.

Chacun de nos ateliers, par l'apprentissage des techniques d'autrefois, apporte également des informations très précieuses. L'archéologie expérimentale ainsi pratiquée complète nos chantiers de fouilles archéologiques plus traditionnelles.

Au delà de la consultation d'archives, de monographies..., les sources historiques apparaissent désormais plus riches que celles que j'ai pu imaginer lors de la création de l'association.


Quelles difficultés et quelles joies avez-vous ? Un moment à raconter...


Les difficultés essentielles que nous rencontrons sont inhérentes à :

- L’accueil de 20 à 80 personnes qui vont vivre ensemble de quelques jours à plusieurs semaines, et la fédération de toutes ces énergies autour du projet commun.


- La formation des personnes qui ne sont pas du métier, afin qu’elles puissent apporter leur part dans la restauration du bâtiment.

Nous devons à la fois canaliser, fédérer, et transmettre un savoir faire. Mais aussi répondre à leurs attentes, car ils donnent de leur temps : comprendre des métiers, découvrir une région, apprendre une langue... Tout faire pour leur donner envie de revenir.

Evidemment, il y a énormément d'anecdotes, par exemple un moment magnifique : un couple d’israéliens qui étaient venus en voyage de noces sur le chantier.

Il y a un brassage des cultures extraordinaire ! Il va jusqu’au partage de la gastronomie : chaque jour, des bénévoles s'occupent du repas et nous pouvons déjeuner un jour espagnol, le lendemain bourguignon, le surlendemain brésilien...



Quels sont les résultats ? Combien de temps cela a t'il pris ?


Depuis 1998, nous travaillons dans la sauvegarde du château et de l'église de ce village. Actuellement, nous achevons une phase de travaux sur la restauration de la façade sud du château, qui combine plusieurs corps de métiers (charpente, menuiserie, vitrail, taille de pierre, forge...).

Cette campagne a commencé il y a 4 ou 5 ans et sera vraisemblablement finie au terme de l'année 2018-2019. Chaque phase de travaux terminée constitue un résultat important dans la préservation de notre patrimoine, chaque étape compte.


Quelles sont les retombées économiques d'un tel projet ?


Nous privilégions les circuits courts : approvisionner les matériaux et les vivres en local. Une dynamique économique se met donc en place et un impact local direct est établi.

Nous accueillons les visiteurs pour découvrir ce que nous proposons. Naturellement, ils consomment sur place....
Quoique modeste, notre impact est réel, en plus de celui de faire découvrir la région.
A présent, les personnes nous contactent pour voir s'il est possible de venir, de faire des visites guidées, des ateliers pour enfants… Nos actions contribuent à valoriser notre belle région si méconnue.


Quelles clés donneriez-vous à un propriétaire désirant restaurer son château à l’aide de chantiers participatifs ?


Quelques conseils :

- Prendre soin de définir un cadre juridique sain, de soigner le périmètre d'intervention de chacun des acteurs (qui fait quoi et pourquoi...).

- Définir les moyens d'action, les supports à utiliser pour restaurer son monument :
o soit je fais appel à des professionnels qui vont facturer leur intervention ;
o soit créer un chantier de bénévoles qui permettra une interaction entre le public, les artisans, l’administration, le propriétaire....

- Ne pas négliger l'importance de l’énergie à consacrer, notamment lorsque le projet est de taille significative. En effet, animer et conserver un monument : c'est le travail d'une vie ! strong>Il faut réellement en prendre conscience dès le départ, car cela occupe une grande partie de son temps.

Une fois que les personnes savent tout cela, il faut se lancer !

Il est urgent d'agir pour la sauvegarde de notre patrimoine sous toutes ses formes et le transmettre aux générations futures dans les meilleures conditions possibles !

Pour aller plus loin :

Des plateformes de crowdfunding :
- Adopteunchâteau
- Dartagnans

Des sites intéressants :
- Un chantier avec des savoirs faire artisanaux : Guédelon
- Association de Sauvegarde de L’Aisne Méridionale



Commentaires

Dans la même catégorie